30 juin 2018

Grande bleue, de la part d'Isabelle

Merci Isabelle pour ce joli collage, évoquant bien les vacances au bord de la mer
(d'autant que je ne la verrai pas encore cette année)
merci pour cette vraiment jolie composition, je l'aime beaucoup !

Fête de la musique chez les gallinacés, de Dani

Dans le cadre du  jeu de la carte postale et du texte inventé, il s'agissait de créer une carte postale sur le thème de la fête de la  musique, avec un texte en rapport avec cette fête mais intégrant  des mots imposés fantaisistes.

Voici donc la carte postale mail-art que m'a concoté  Dani : outre les timbres évoquant chanteur (Léo Ferré), instrument (clavecin) et support de musique (compact disc) il y a là une partition tout spécialement interprétée par des chanteurs à plumes, gallinacés de toutes espèces confondues
Les mots imposés sont : mer - photo - rebondi - crocodile - moudre - soleil - monotonie -  salade 

et voici  le texte inventé associé !                                                        Bain de mer pris
Au soleil  bien bruni
Crocodile rebondi
A la fête se rendit

La musique finie
Dit moulu je suis 
Croquerai-je un roti ?
Fini, que nenni !

Plus de monotonie
Je passe aux radis
Blini et salsifis

Salade en coulis
Et petits biscuits. »

Lui, je le photographie 

***
Dans l'enveloppe un petit bonus en plus de la part de Dani qui ne rate jamais une occasion de  
m'envoyer une réalisation magnifique en dentelle 
:
 ici un éventail de mariage en dentelle aux fuseaux et à l'aiguille (musée de la dentelle d'Alençon)
Merci du double cadeau !

29 juin 2018

La clé des champs, pour Thérèse

Jusqu'alors je n'avais pas prêté attention à l'un des thèmes de Thérèse, celui de la clé de sol.

Je ne voyais pas vraiment quoi faire sur ce sujet mais je viens de tomber sur une scène naturelle extraordinaire : le petit peuple de l'herbe va pouvoir fourbir ses instruments pour interpréter 
le  concert de la vie grâce à la partition spontanée dessinée par les herbes folles.
je t'en souhaite bonne réception Thérèse !

Sous les pommiers, pour Marcelle

Lorsque je pense à la Normandie où réside Marcelle, me viennent presque aussitôt en tête les paroles un peu mièvres de la chanson de Stone et Charden ... (eh oui!!!)  mais surtout les belles maisons à colombages, les champs de pommiers et le bon goût du cidre brut à l'ancienne.

Mais bien sûr c'est aussi la région qui accueillit de très grands peintres, impressionnistes surtout, avec la remarquable lumière qui l'inonde comme au Havre ou à Honfleur par exemple ; comment ne pas penser à Claude Monnet ou à Eugène Boudin  pour ne citer qu'eux ?

Comme Marcelle dessine et peint également, j'ai choisi pour ce mail art un tableau dont j'ignore l'auteur (*) mais qui m'a beaucoup plus avec cette jeune mère en coiffe, portant son enfant d'un coté  et une jarre de l'autre, près des pommiers chargés de fruits mûrs.
je t'en souhaite bonne réception, Marcelle


(*) article complété le 05/10/2018

Mieux vaut tard que jamais. je viens de trouver le nom de l'auteur de ce tableau intitulé "Jeune maman".Il s'agit d' Annie Louisa Robinson Swynnerton (1844-1933),  née à Kersal, une ville proche de Manchester.


Fille d'un avocat, Francis Robinson, dès son plus jeune âge, elle a démontré sa facilité à peindre et à dessiner en réalisant des œuvres qui ont aidé la modeste économie familiale. Sa véritable formation de peintre a été réalisée à la Manchester School of Art et, surtout, à l'Académie Julian à Paris.
Au cours de cette période d'études, Annie R. Swynnerton avait déjà enregistré sa conscience féministe et suffragiste qui se concrétiserait dans la fondation, en 1876, de la Manchester Society of Women Painters qu'elle promouvait avec la peintre Susan Dacre. 
En 1879, Annie R. Swynnerton organisa sa première exposition personnelle à la Royal Academy, s'imposant comme l'un des meilleurs peintres de l'Angleterre victorienne. Son prestige était toujours très élevé et chacune de ses expositions serait un événement artistique de premier ordre. 
Au cours d'un voyage d'étude en Italie, il rencontre le peintre anglais Joseph Swynnerton avec lequel il s'est marié en 1883. Depuis, il s'est installé à Rome bien qu'il n'ait jamais cessé de voyager et d'exposer en Angleterre.
En 1922, Annie R. Swynnerton fut la première femme à entrer à la Royal Academy par choix (Angelica Kauffman et Mary Moser, elles appartenaient à la Royal Academy en tant que fondatrices mais n'étaient pas élues). Annie Swynnerton peint l'une de ses peintures les plus reconnaissables, Sense of Sight, '1895 . Les dernières années de la vie d’Annie R. Swynnerton ont été assombries par des problèmes de vision qui l’ont empêchée de développer normalement son activité de peintre. Cependant, sa renommée n'a jamais diminué et son influence a été importante chez des auteurs aussi influents de son temps que John Singer Sargent, qui a toujours professé une grande admiration. Annie Louisa Robinson Swynnerton est décédée chez elle, sur l'île de Hayling (près de Portsmouth) le 24 octobre 1933.

L'aspirant écrivain, pour Nicole

Monsieur Ducochon est bien sérieux, et surtout magnifiquement équipé, avec tout le matériel du parfait écrivain, que ce soit pour écrire à l'ancienne à la plume d'oie ou à la plume Sergent Major, 
ou avec de splendides stylos-plumes ... pourtant il a l'air à court d'inspiration !
Pas facile d'écrire ses mémoires : n'est ce pas Piggy ?

Escargot déjanté, pour Jean-Paul

"Attention à la pluie... tu vas rouiller !"
"Tiens, celui-la, regarde comme il roule des mécaniques !"
"même plus maître chez lui"

Les lazzi et quolibets fusent : mais qu'est ce qu'il prend cher, notre escargot mécanique,
 sur la route des vacances  !
Je ne doute pas une minute que mon escargot un peu déjanté va plaire à notre ami Ursu!

Quand Bécassine se mêle de couture, pour Maryse

Je sais qu'on en parle beaucoup en ce moment à cause du film contesté de Bruno Podalydès, mais ce n'est pas la raison de ce mail-art. Cette héroïne est depuis bien longtemps l'un des thèmes de Maryse.
Aussi, pour associer ce personnage de bande dessinée à mon univers de la couture et du fil,  
voici l'amie Bécassine dans une situation inextricable, une vraie galère !
Bonne réception, Maryse !

Lumineuse transparence, pour Marielle

Bien qu'athée convaincue, j'aime me promener dans les églises pour y admirer l'art sous toutes ses formes : peinture, sculpture, ferronnerie d'art et bien sûr les vitraux.

J'aime regarder leurs reflets colorés qui selon les heures,  s'allongent sur les rangées de chaises.
La transparence et les couleurs sont vraiment magnifiées par la lumière du jour.
 J'aime particulièrement ici les vitraux réalisés par  Chagall  que je n'ai hélas pas vus "en vrai".
Je sais que Marielle les aime aussi.

28 juin 2018

Terres de couleur pour maman d'Afrique, pour Sabine

Pour Sabine lectrice régulière de mon blog, pratiquant le mail art à l'occasiont,  j'ai choisi de réaliser un premier mail-art sur l'un de ses thèmes, celui des "femmes africaines".
Pour ce faire, et pour rendre un hommage à toutes les femmes d'Afrique Noire, en même temps qu'à toutes les jeunes mamans, car rien n'est plus beau que ce don de la vie, j'ai choisi d'interpréter le travail d'une artiste sculpteur que je viens de découvrir : il s'agit de Michèle Ludwiczak



Michèle Ludwiczak dit d'elle sur son blog : 


Passionnée par le travail de la terre, je me suis formée auprès de différentes personnes : tournage chez une potière dans les Alpes, émaux avec Marc Uzan, raku avec Gilles Acker, construction de fours et cuissons primitives à la maison de la céramique de Mulhouse, une formation avec Thiébaut Dietrich (fondateur de l’institut européen des arts céramiques à Guebwiller) et des cours d’histoire de l’art à l’université de Strasbourg. Et puis des émotions extraordinaires devant les sculptures de Camille Claudel, Honoré Daumier, Fanny Ferré, Ousmane Sow...

« terres de couleur »
Je suis une rêveuse, une idéaliste et mon travail artistique me permet de m’envoler loin de notre monde contemporain, où la notion de temps n’a plus cours. Depuis longtemps je m’intéresse aux cultures où l’homme vit différemment sa relation avec la nature et avec le temps. Je me suis d’abord tournée vers l’Amérique et son peuple d’origine, les indiens, et puis un jour, l’Afrique… C’est une immersion constante au travers des sites internet que je visite, au travers de mes lectures : livres d’art, de voyage, d’ethnologie… Sensible à l’élégance morale des attitudes, la force qui émane des regards, la beauté du grain de peau, la couleur du sable, de la terre… c’est tout naturellement que des sculptures africaines viennent peupler mon atelier.
Pour voir ses oeuvres, voici l'accès à son SITE

Monseigneur l'Astre solaire, pour Corinne

C'est ainsi que Georges Brassens qualifiait le soleil dans sa chanson "J'ai rendez-vous avec vous".
Voici donc, pour Lysemartin, une interprétation libre du soleil d'été,
l'un de ses thèmes que je n'avais pas encore traité.
Puisse-t-il  nous tenir compagnie tout l'été ? bonne réception Lysemartin.

Escargotique créature, pour Jean-Paul

Les deux colimaçons en sont tout ébaubis : mais qu'est ce que c'est que cette "créature" ?

- la Reine des escargots, qui veut coiffer au poteau la Reine de abeilles ? 
- une nouvelle transhumance des ruches qui se fait en douceur, conduite par la Reine des Bourgognes?
- Une visite des la Reine des Escargots chez l'Apiculteur, avec des fleurs mellifères comme offrande ?
- ...
Si vous trouvez une nouvelle hypothèse, n'hésitez pas à la mettre en commentaires. 
Moi j'ai trouvé ce tableau charmant tout autant que loufoque.
Je suis impatiente de savoir l'interprétation qu'en fera Ursu, à qui se mail-art est destiné.

A la manière d'Apollinaire, pour Gisèle

Tout comme Gisèle, j'aime les chats, mais aussi les calligrammes. 
Evidemment, pour ce faire, je suis beaucoup moins douée que Guillaume Apollinaire, 
mais tant pis, je me suis lancée tout de même.
J'espère que cette fantaisie lui plaira !

26 juin 2018

EL43 - Douceur et intelligence, de la part de Gisèle

Je suis extrêmement touchée par le mail-art original que m'adresse Gisèle aujourd'hui.

 Bien que l'éléphant soit tout à fait impressionnant par sa masse et sa taille,  
son regard est d'une infinie douceur, d'une grande paisibilité,
 et d'une intelligence remarquable.
Merci Gisèle pour ce beau cadeau !

25 juin 2018

Tristan et Yseult jouent aux échecs, pour Chantal

Pour illustrer le thème des "tables sous toutes leurs formes" retenu par Chantal, 
j'ai trouvé originale la table de jeu ci-dessous.
 Tristan et Yseult y jouent aux échecs, agrippés au mât du bateau qui les emmène vers la Cornouaille.
Cette scène figure sur une valve de miroir gothique du XIVe siècle, en ivoire,  conservée au Louvre mais elle apparaît aussi dans manuscrit enluminé que détient la Bibliothèque Nationale de France. 
Je t'en souhaite bonne réception, Chantal.

Poupées du monde, pour Isabelle - Carnet 11-5/3

C'est déjà le troisième  voyage du carnet dédié au 
"monde des poupées et aux poupées du monde", pour Isabelle.
J'espère qu'il continuera à bien lui plaire ; comme d'habitude, je l'envoie sans protection, 
il n'y a rien qui craigne particulièrement le voyage postal
Cette troisième page est uniquement consacrée aux poupées des différents continents, 
et à deux petites filles asiatiques qui les maternent. Me promener ainsi dans le monde des poupées de différents pays et à différentes époques, a été pour moi un vrai régal.
J'ai volontairement exclu les poupées d'Europe de l'Ouest et du  monde anglo-saxon 
moderne car déjà bien traité dans d'autres pages. Par contre je n'ai rien  trouvé pour l'Afrique noire ni pour l'Océanie : les seules figurines que j'ai vues, en chiffons, en bois, ou autres matériaux naturels sont plutôt destinés à l'usage des marabouts pour accomplir des rites tribaux (vaudou, etc...). 

Cela signifie-t-il que les enfants n'en  possèdent pas?  je n'ai pas la réponse mais je vous propose d'en savoir davantage sur les poupées noires américaines qui furent l'objet pour la première fois en France d'une exposition à La Maison Rouge de Paris.
Bien sûr il s'agit de poupées mais plus encore ; ces "black dolls" sont aussi une représentation du peuple afro-américain et de ses souffrances lorsqu'on sait le passé ségrégationniste des Etats-Unis.

Amourettes et graminées dansent au vent, vers France - Carnet 10-5/4

Le carnet sur le thème de la légèreté qui navigue entre France et moi est prêt pour son 4e et avant-dernier voyage. J'espère qu'il lui parviendra plus rapidement que la dernière fois !
Cette fois, j'ai mis les graminées à l'honneur : Comme elles enchantent toujours mon regard, 
je me suis fait plaisir avec ce sujet-là 
Même si je n'ai pas de jardin, j''ai toujours aimé les graminées, graphiques, pleines de grâce, et tellement souples, ondoyant dès que le vent les caresse. 
Elles ont le don d'animer le moindre parterre, avec délicatesse.  Il y a tant de variétés aux hauteurs et couleurs différentes qu'il n'y a que l'embarras du choix pour faire quelque chose de joli !

Entre fétuque, amourette, phormium, carex, herbe aux diamants, laîche, linaigrette, herbe d'amour, herbe du Japon, herbe de la pampa, luzule, miscanthus, ophiopogon, orge à crinière, muhlenbergia, bref,  nous avons largement de quoi nous faire plaisir !
N'oublions pas le pennisitum que j'adore,  ni les stipes ou cheveux d'ange.
                                                          herbe aux diamants                                 ophiopogon (noir)

brize moyenne                          brize maxima

stipe (dit cheveux  d'ange)          herbe aux écouvillons

  Les graminées, c'est une famille de plantes d'une variété inouie, adaptables à toutes
sortes de terrain. 

24 juin 2018

Badmington en appartement, pour Marie

Marie, elle-même peintre, apprécie tout particulièrement les femmes peintres de la fin du 19e siècle et de la première moitié du 20ème. Je sais également qu'elle aime les scènes avec femmes et enfants.

Aussi, ici, j'ai cherché à lui faire doublement plaisir, en espérant que je lui fais faire une découverte peut-être, avec cette peintre anglaise nommée Laura-Thérésa Alma-Tadema, 
à la vie bien courte,  disparue à l'age de 47 ans. 
Jeu de raquette et de volant - vers 1890 - Collection particulière
***
Laura Theresa Epps (1852-1909), seconde épouse de Sir Lawrence Alma-Tameda, 
est une peintre et illustratrice anglaise.
Laura Theresa Alma-Tadema (par Lawrence Alma-Tadema)
Biographie : Fille d’un éminent docteur londonien,George Napoléon Epps, Laura Theresa Epps est née en avril 1952 à Londres.

Très jeune, elle s’exerce à la copie de tableaux anciens au British Museum de Londres puis devient plus tard élève de William Cave Thomas et William Bell Scott à l’école de ce musée. Elle s’intéresse également à la musique, s’exerce à composer et fait partie des cercles de Ford Madox Brown et de Dante Gabriel Rossetti qui sont ses amis.

En 1870, elle devient l’élève de Sir Lawrence Alma-Tadema. Celui-ci a perdu son épouse Marie-Pauline Gressin de Boisgirard l’année précédente et épousera Laura en secondes noces, en 1871.

Laura s’est principalement consacrée à la représentation de scènes enfantines dans des décors à la manière des maîtres néerlandais du XVIIe siècle qu’elle aimait imiter.

À partir de 1873 elle a exposé régulièrement à laRoyal Academy de Londres ainsi que dans différentes galeries londoniennes et britanniques et à Berlin et à Paris. À Berlin, elle obtint une médaille d’or pour son tableau Satisfaite. En 1878, elle fut l’une des seules femmes artistes invitées à participer à l’Exposition Universelle de Paris ; elle y fut primée d’une médaille d’argent.Elle produisit également des illustrations pour le English Illustrated Magazine.

Sa sœur Ellen (Nellie), épouse du poète Edmund Gosse, et sa belle-fille Anna Alma-Tadema, issue du premier mariage de Sir Lawrence Alma-Tadema, furent également peintres. Son mari l’a représentée dans de nombreux portraits ; le sculpteur Jules Dalou a fait d’elle, en 1875, un charmant buste en terre cuite conservé au Musée d'Orsay et on doit également à Giambattista Amendola une statuette la représentant en 1879 et à Jules Bastien Lepage un portrait d’elle.

Elle est morte le 15 août 1909 à Hindhead dans le Surrey, au sud de Londres.

Son traitement de la lumière extrêmement adroit, son coloris exquis, sa touche subtilement travaillée lui ont permis de réaliser des compositions aux effets charmants.

Jour de lessive, pour Nadine

Nadine, peintre elle-même, a pour thème cette année les femmes peintres, notamment celles de la fin du 19ème et du début du 20ème siècle. Pour lui faire plaisir, j'ai donc voulu trouver une artiste et une oeuvre que je ne connaissais pas encore, pour le mail-art que je voulais réaliser pour elle.

Sur la reproduction de ce tableau, les  lavandières, les genoux calés dans le coffre, et le battoir en action pour bien faire pénétrer le savon et faire sortir les salissures du linge, me font penser aux scènes vécues dans mon enfance au lavoir près de chez ma grand-mère, dans mon petit village de Seine et Oise (à l'époque). Tout le monde n'avait pas encore une machine à laver à disposition.

J'aime ici beaucoup les couleurs qui me font immédiatement penser à la Bretagne. Cette fois-ci l'auteur est une femme peintre, Jeanne-Marie Barbey , qui va pendant toute sa vie artistique peindre le pays de Gourin : une exposition permettant un zoom sur son oeuvre et sur le parallèle établi entre ses photos et ses tableaux, s'est tenue l'an passé en fin d'année  au Faouët. Jeanne-Marie Barbey, comme beaucoup d’artistes de son époque, s’intéresse à la fois au dessin, à la peinture et à la photographie. 
Le Lavoir de Jeanne Marie Barbey, conservé au Musée du Faouet
***
Jeanne-Marie Barbey, pseudonyme de Louise Jeanne Marie Barbée née le 17 juillet 1876 à Paris et morte le 12 août 1960 à Bagnolet, est une artiste peintre et photographe française. 

Biographie :

Jeanne-Marie Barbey voit le jour à Paris, quatrième et dernier enfant de François Marie Barbée, ébéniste fraîchement arrivé de Carhaix où il est né, et de son épouse née Catherine Dupont, originaire de Gourin (Morbihan). Elle a trois frères ainés.


Marie-Jeanne Barbey souhaite devenir professeur de dessin et en 1895 passe avec succès le premier degré du diplôme des lycées et collèges, puis le second degré. En 1896, elle reçoit le diplôme des écoles primaires supérieures et celui des écoles normales, puis en 1907, le diplôme des écoles de la ville de Paris

Proche d'Anatole Le Braz, elle parle le breton et s'intéresse à la Bretagne et ses traditions. Elle assiste en septembre 1904 au 7e congrès de l'Union régionaliste bretonne à Gourin.  Elle deviendra membre de la Fédération régionaliste de Bretagne.

Elle vient chaque année passer ses vacances chez son frère à Gourin, et en 1900, a participé à un projet de diplôme de premier prix pour un concours organisé par le village breton de l Exposition Universelle de Paris ou elle signe « Barbey ».

À partir de 1912, elle participe au Salon des Indépendants et elle fut la première femme à devenir membre du comité de la Société des artistes indépendants en 1926, dont elle devint secrétaire-rapporteur et trésorière de 1943 à 1960. Son entrée au comité est à l’origine de son amitié avec Paul Signac, co-fondateur de cette société.

23 juin 2018

Drôle de zèbre, pour Corinne

Voici de quoi alimenter le thème de Lysemartin consacré aux " traits, points et lignes graphiques"
Je te souhaite bonne réception de cet animal original, au regard charmant : 
à la fois zèbre, mais aussi un peu caméléon, non ?

22 juin 2018

Pourvoyeuse de potirons, pour Jeanne-Marie

Comme je n'ai pas trouvé de modèle de sorcière autrement qu'associé à la fête d'Halloween (grrr!) j'envoie ce tableautin  brodé à Jamari, pour son anniversaire .... 
on va dire que cette gentille sorcière fait commerce de potirons pour que ses vilaines collègues ne soient pas démunies, pour la fin octobre !
Bon anniversaire Jamari ! 
Merci de m'accorder ton ndulgence pour les nombeux défauts de ce mail-art !  je suis en train de m'accoutumer à de nouvelles lunettes et j'ai de vrai problèmes d'ajustement. 

21 juin 2018

Fleurs bleues : ma préférence, de Jeanne-Marie

Le bleu, je l'aime surtout pour les fleurs car cette couleur est naturellement 
plus rare en botanique que les rouges, roses, jaunes ou blancs.

Déjà gâtée en ce domaine par Dani tout récemment, voici Jamari qui complète la gamme des fleurs bleues par l'envoi d'un belle brassée cueillie sur des timbres. 
La composition de Jamari est faite sur un joli fond fleuri bleu également, souligné par
un joli liseré  : merci beaucoup pour ce beau mail art !

C'est l'été, fêtons la musique, pour Maryse

Dans le cadre du nouveau jeu de la carte postale et du texte inventé, 
il s'agissait de mettre à l'honneur la fête de la musique.

Voici donc ce que j'ai concocté pour Tara, j'avoue m'être bien amusée à réaliser ce mail-art !
je t'en souhaite une bonne réception, Maryse !

Les mots imposés sont : mer - photo - rebondi - crocodile - moudre - soleil - monotonie -  salade
et voici le texte inventé associé :

Bains sur Mer, le 21 juin 2018

Quand on n’a plus de grains à moudre  pour rompre la monotonie  des  jours, quoi de mieux que d’attendre le déclin du soleil en dégustant une bonne salade  de fruits sur une terrasse face à la mer ? Prenons le temps  ensuite de faire une photo impayable de Mme CROC Odile aux joues si rebondies lorsqu’elle joue de la  trompette pour la fête de la musique !

Enfin l'été, pour Martine

Dans le cadre du challenge qu'elle a lancé pour le mois de juin sur notre forum, voici mon premier "tag" pour célébrer l'été, format imposée par notre amie Katédine.
Ce n'est pas une forme dont j'ai l'habitude, j'ignore même s'il y a un format-type à respecter,
mais  j'ai fait de mon mieux. J'espère que Katédine sera indulgente.

20 juin 2018

D99 - Léger comme l'oiseau bleu, de Chantal

Oh comme je suis bien gâtée aujourd'hui encore ! Nouvelle correspondante pour moi, Chantal
m'a décidément déjà bien cernée !
Regardez la merveille qu'elle m'envoie aujourd'hui : cette jolie mésange bleue du timbre zinzinule à gorge déployée,  son chant est transcrit sur la partition qui apparaît en fond du mail-art composé d'une très belle dentelle bleue ancienne ; une gracieuse plume bleue vient couronner le tout,  touche supplémentaire de légèreté, de beauté et de poésie. 
Merci infiniment Chantal pour cette très jolie composition, décidément très soignée 
comme tout ce que tu m'envoies! 

15 juin 2018

Sportive de haut niveau, par Jean-Paul

On pourrait dire aussi globe-trotter pour qualifier ces sportifs de haut niveau que sont les oiseaux migrateurs comme cette grive. D'un poids moyen de 50g, elle est capable de parcourir plus de 500 km en une seule journée, c'est absolument fantastique.
Merci Ursu, pour tout ce que tu m'apprends sur les oiseaux et particulièrement les passereaux

Chardonnerets d'Orient, de la part de Jean-Paul

Quel privilège : l'ami Jean-Paul  continue de me gâter avec sa série sur les oiseaux dont je suis l'unique destinataire. Aujourd'hui il m'a déniché la reproduction d'un dessin fait à la main par un voyageur hollandais médecin, naturaliste et artiste : Philipp Frantz Siebold, 
grand observateur de la faune japonaise.
Il s'agit là de deux magnifiques chardonnerets d'Orient dessinés en 1842. 
Merci beaucoup Ursu !

14 juin 2018

F48 - Marionnettiste bien équilibré, de la part de Michèle

Il y avait bien longtemps que j'en avais reçu : Michèle m'adresse aujourd'hui un mail-art sur le thème du fil et celui-ci vaut vraiment le détour. Jugez-en plutôt.
Etonnant équilibre pour cette statue qui tient sur un fil : d'abord on se demande si c'est un acteur déguisé en statue qui fait une animation (très réussie) pour les touristes ... mais non, pas du tout, c'est l'oeuvre tout à fait originale d'un scultpteur nommé Jersy Kedsiora, de nationalité polonaise, dont la grande spécialité réside dans les sculptures en suspension, toujours à la recherche d'équilibres incroyables pour installer  ses statues sur un fil.



Magnifique trouvaille : merci mon amie Bobine !

Timbrée de fleurs bleues, de Dani

Dani continue de se défaire de ses beaux timbres de collection : aussi  j'ai la chance aujourd'hui d'être la destinataire d'un mail-art composé sur une page de cahier à l'ancienne,  
moi la "timbrée" de fleurs bleues. 
avec mon adresse, toujours aussi joliement calligraphiée : merci Dani !

13 juin 2018

Un petit côté fleur bleue, de Jean-Paul

Avec tout le talent qu'on lui connaît, et en partant si possible de matériaux de récupération, 
voici le tag de l'été que Jean-Paul a concocté pour chaque participant  au dernier challenge de Katédine pour l'arrivée de l'été.

Le mien lui a été inspiré, semble-t-il, par mon coté un petit peu " fleur bleue".
Merci Ursu,  de m'avoir ainsi mise à jour et de m'avoir encore gâtée!

12 juin 2018

EL42 - En direct du sous-continent indien, de Marie

Oh la belle surprise du jour : c'est un messager magnifique qui vient m'apporter l'Inde à domicile. 

En effet, le mail-art réalisé par Marie est un enchantement pour plusieurs raisons :
- il est totalement textile et même cousu machine avec un fond en tissu indien, très coloré
- le petit morceau de toile de jute, appelé aussi chanvre de Calcutta, fait référence à l'Inde bien sûr mais également à l'un de mes thèmes très peu traité sur les fibres textiles
- le papier à dessin sur lequel Marie a peint en aquarelle la tête d'un éléphant d'Asie 
est découpé suivant la forme la forme de l'Inde et cousu sur le fond
Comme je suis contente de n'avoir pas céder à la tentation d'aller le voir sur le blog de Marie
 depuis deux  jours qu'elle l'a publié :  je savourai à l'avance le bonheur de le découvrir 
dans ma boite aux lettres, et évidemment j'en suis enchantée. Merci beaucoup Marie !