31 janvier 2019

T82- Natté et chapeauté, le chat de Siné, de Jeanne-Marie

Oh ce que c'est sympa cette nouvelle série lancée par l'amie Jeanne-Marie !: 
moi j'ai la chance d'avoir reçu un chat avec une jolie culotte bleue en dentelles et curieusement coiffé d'un chapeau à fleurs et à nattes !

Jamari fait ainsi écho au timbre "toque" de la belle série des chapeaux éditée par la Poste.
Merci Jamari pour ce si drôle Nattes-à-Chat !

Les bons voeux de Christophe que m'apportent Alice et Frida

Je suis gâtée aujourd'hui car  voilà de bien belles dames pour moi, toujours aussi joliment 
dessinées et mises en couleurs par le peintre Christophe Renoux :  d'abord l'enveloppe avec une Frida au perroquet et un timbre maison avec Blanche-Neige et les sept nains 
puis sur la carte de voeux,  une belle et douce Alice avec le lapin blanc à l'heure du thé
Merci Christophe de ta fidélité.

30 janvier 2019

Le temps perdu, pour le Musée de la carte postale de Baud

Un peu sur le fil du rasoir tellement je suis débordée en ce moment, j'ai quand même réussi à réalisé une carte textile pour participer à l'appel à mail-art organisé par le Musée de la Carte Postale de Baud, sur le thème "Calligraphie et poésie". 

Evidemment, je ne suis pas calligraphe alors j'ai triché en utilisant une police de caractères ad-hoc, et un timbre manuscrit de la main de l'artiste Ben ; par contre j'aime la poésie, surtout celle de Monsieur Jacques Prévert. Son poème "le temps perdu" me parle particulièrement, le monde de l'usine étant celui de mon père.


Le temps perdu 

Devant la porte de l'usine
le travailleur soudain s'arrête
le beau temps l'a tiré par la veste
et comme il se retourne
et regarde le soleil
tout rouge tout rond
souriant dans son ciel de plomb
il cligne de l'œil
familièrement
Dis donc camarade Soleil
tu ne trouves pas
que c'est plutôt con
de donner une journée pareille
à un patron.

Jacques Prévert

27 janvier 2019

TP06 - Parures traditionnelles du peuple massaï, de Jean-Paul

Que de couleurs vives dans ce mail-art/documentation très riche ! Cette fois-ci, Jean-Paul m'entraîne vers l'Afrique de l'Est pour rencontrer cette population d'éleveurs et de guerriers semi-nomades que sont les Massaï. Merci Ursu !

Le territoire du  peuple massai s'étend de chaque coté de la frontière qui sépare le Kenya de la Tanzanie, entre les monts Kenya et Kilimandjaro où le climat est chaud et sec. Le pays massaï compte différentes réserves naturelles et de grands territoires où les animaux sont protégés. C'est probablement pour cette raison, que via les safaris, cette ethnie africaine est bien connue en Occident. 

Les tissus et les bijoux font partie intégrante de leur culture. Les couleurs rouge et noir dominent car elles symbolisent les deux principaux états d'âme de Dieu. Le rouge représente la colère alors que le noir, lui, évoque la bienveillance. 
Leur habillement est admirablement coloré. Ils enroulent lâchement autour de leur corps souple un tissu teint en rouge vif et en bleu éclatant. 

Les femmes se parent ordinairement de colliers qui ressemblent à de larges plateaux et portent des bandeaux de perles de toutes les couleurs. Parfois, elles entourent leurs bras et leurs chevilles de larges bandes de fils de cuivre. 
Les hommes comme les femmes allongent souvent le lobe de leurs oreilles en les ornant de lourdes boucles d’oreilles et d’objets en perles. Ils ont l’habitude de mélanger l’ocre, un minéral rouge réduit en poudre fine, avec de la graisse de vache, et ils se l’appliquent artistiquement sur le corps.

TP05 - Le kimono, costume japonais ancestral, de Jean-Paul

L'ami Jean-Paul s'est fait une spécialité des mail-art/documentation et cette fois-ci, il m'emmène au Japon pour m'y faire découvrir sa spécialité textile en terme d'habillement.
En effet, le kimono est le vêtement traditionnel japonais par excellence!  Merci Ursu!
 
Le terme "kimono" apparaît au XIIIe siècle.
 Le mot kimono signifie littéralement "chose que l'on porte sur soi. Avant l'arrivée des vêtements occidentaux au Japon, kimono désignait toute sorte de vêtements. 
De nos jours il se réfère exclusivement à la "robe" traditionnelle japonaise, en forme de T, 
 portée essentiellement pour les grandes occasions, notamment compte tenu de son prix.
Le kimono est formé de rectangles de tissus pliés et cousus, mais jamais recoupés ; il est rectiligne, tombant jusqu'aux pieds ou chevilles, suivant la formalité de l'ensemble et la personne qui le porte. Sa particularité consiste dans ses manches très longues, pouvant aller jusqu'au sol pour les kimonos des jeunes femmes. Le kimono se porte toujours côté gauche sur côté droit : d'une part cela permettait de cacher une arme, d'autre part, les morts sont habillés en croisant dans le sens inverse. Il est tenu en place par une large ceinture appelée obi qui une permet de distinguer certains groupes dans la société. Nouée dans le dos habituellement, elle était nouée sur le devant pour les prostituées. 


Les tissus sont variés, comme le lin ou la soie, mais aussi la ramie (fibre d'ortie), la fibre de murier, le chanvre et les modes de tissage très nombreux aussi :taffetas, sergé, satin, satin damassé, crèpe ou gaze. Le choix des tissus et le fait qu'ils soient superposés ou ouatés permet de produire des vêtements adaptés aux saisons.

Les kimonos offrent de vastes surfaces qui ne tiennent pas compte de l'anatomie, pas plus de l'homme que de la femme, et ces surfaces sont le support privilégié de l'expression artistique japonaise. Les kimonos anciens sont décorés par des motifs traditionnels (pin, bambou, tortue, libellule, roue, cerisiers, pivoines, mauves, iris, rochers, eau courante, vagues, paysages dont certaines vues célèbres, jeux de go, etc.) symboles des vertus pour certains et permettant d'inclure aussi des motifs qui sont, eux-mêmes, des scènes parfois très complexes, comme paravents, rideaux portables, éventails et peintures sur rouleau vertical, qui mettent ces images en abyme. Le décor permet aussi d'introduire des motifs géométriques simples, tels que quadrillages, losanges, motif hachuré de rideau en lattes de bambou déroulé, ou complexes comme les nœuds cérémoniaux (noshi). Tous ces motifs étant dispersés ou groupés, voire superposés, mais avec de larges espaces vides qui font « respirer » ces compositions.

Qu'ils soient destinés aux hommes ou aux femmes, les kimonos sont chargés de signification selon la circonstance pour laquelle on les porte, et portent des noms distincts en fonction de leur usage ou de leur composition textile.

En France nous avons eu l'occasion de voir de belles expositions de kimonos :

* à Paris - Bibliothèque Forney- 2012 : kimono d'enfants
                                                                                                         kimono pour bébé

* à Paris – Salon l’Aiguille en fête – 2015 Exposition Au fil de l’Orient - Kimono d'enfants
en soie                                                   en coton                                                      en soie

* à Paris - Bibliothèque Forney - 2015 : Indigo, un périple bleu
                                             kimono boro                                   kimono en ramie

* à la maison de la Culture du Japon en 2015 : Tisser les couleurs


 

* à Paris - Musée Guimet - 2017 - Kimono, au bonheur des dames
Toutes ces merveilles sont maintenant des pièces rares de musée ou appartenient à de collectionneurs privés : remercions-les de nous permettre de temps en temps de nous les faire (re-)découvrir, dans toute leur diversité. 

TP04 - Indonésie, berceau du tissu batik, de Jean-Paul

Jean-Paul se lance à fond dans mon nouvel appel sur les tissus traditionnels et les parures des peuples du monde : merci Ursu pour ce premier mail-art/documentation. 

En tant qu'amatrice de courtepointes et "patcheuse",  je connais évidemment ce tissu et surtout ses impressions originales qui font notre joie, mais que sais-je de son histoire ? 

Même si la technique du batik est utilisée dans de nombreux pays, c'est en Indonésie que l'on est témoin de ses multiples déclinaisons.  C'est un art véritable que l'on trouve avant mais essentiellement aux 12e et 13e siècles sur l'Ile de Java. 
Le tissu batik est en coton, en soie ou en rayonne, c'est un tissu à fleurs ou à motifs géométriques. 
La technique du batik consiste à teindre le tissu, après avoir créé des réserves sur certaines parties : selon  la technique retenue, on trouve plusieurs catégories de batik : 

- le tissu batik tulis ou tissu fabriqué intégralement à la main


C'est le type de batik le plus traditionnel, appelé batik tulis (écrit en batik), est dessiné uniquement à l'aide du canting . Le tissu doit être étiré des deux côtés et plongé dans un bain de teinture trois à quatre fois. L'ensemble du processus peut prendre jusqu'à un an; il produit des motifs beaucoup plus fins que le batik estampé (ou tamponné)

Tout d'abord un chiffon est lavé, trempé et battu avec un grand maillet. Les motifs sont dessinés au crayon, puis redessinés à l'aide de cire chaude, généralement constituée d'un mélange de paraffine ou de cire d'abeille , parfois mélangée à des résines végétales, qui fonctionne comme un colorant. La cire peut être appliquée avec une variété d'outils mais c'est un instrument semblable à un stylo appelé canting qui est le plus courant. Il est fabriqué à partir d'un petit réservoir de cuivre avec un bec sur un manche en bois. Le réservoir contient la réserve qui coule à travers le bec, créant des points et des lignes au fur et à mesure de son déplacement.

- le tissu batik cap tamponné au tampon en bois 



ou tamponné au capuchon en cuivre  :
Pour les motifs plus grands, une brosse dure peut être utilisée. Alternativement, un tampon en cuivre appelé capuchon est utilisé pour couvrir plus efficacement de grandes surfaces.
Une fois le chiffon sec, la réserve est enlevée en faisant bouillir ou en raclant le chiffon. Les zones traitées avec résist conservent leur couleur d'origine; lorsque la réserve est enlevée, le contraste entre les zones teintées et non teintées forme le motif. Ce processus est répété autant de fois que le nombre de couleurs souhaité. 
               
- le tissu batik tye and die ou technique des ligatures avant teinture :
beaucoup moins utilisée en Indonésie, cette technique concerne davantage les batiks africains.

   

- le tissu batik imprimé, la technique la plus moderne et la plus automatisée : 


***
Le batik est inscrit à l'UNESCO depuis 2009 sur la liste représentative du patrimoine culturel de l'humanité.
batik tamponné indonésien artisanal 

Batik tulis indonésien