13 septembre 2022

Indélicatesses postales et irrespect pour les objets postaux en circulation

J'ai participé récemment à un concours d'art postal lancé par l'Association Philatélique et Collections du Jacquemard de Lambresc sur le thème "voyager en France à pied, à cheval, à..."

état du mail-art tel qu'il a été confié à la Poste
et je viens de constater dans quel état ma carte textile leur a été distribuée : tous les collages papiers ont été raturés avec rage, l'adresse du destinataire encadrée par un trait de stylo inopportun, bien que parfaitement libellée.
état du mail-art tel qu'il a été distribué à l'association.
Tout l'art postal que recevra l'Association Philatélique doit donner lieu à une exposition et cela m'écoeure de voir mon mail-art ainsi souillé et mon travail si peu respecté. 

Cela me fait rager car la gentille Postière à laquelle je confie tout mon art postal au départ  met une attention toute particulière pour apposer son tampon d'affranchissement avec soin sur le ou les timbres utilisés. 

Cela me met en colère, lorsque l'on voit la qualité du service se dégrader de plus en plus malgré un surcoût de l'affranchissement d'année en année*.

Et pour finir, cela me navre d'autant plus que cet envoi était destiné à une Association Philatélique dont l'activité principale tourne autour du timbre et des passionnés de ce petit bout de papier dentelé.

Si j'apprécie toujours autant les postiers et les facteurs, j'apprécie de moins en moins la SA La Poste et ce qu'elle exige de son personnel, toujours plus pressurisé. 

La Poste française n'exerce plus du tout un service public, au service du public : elle perd des courriers en nombre, ne respecte ni les délais contractuels ni la régularité dans la distribution du courrier...et je ne parle pas de ses tarifs prohibitifs pour les envois de colis postaux.

Non, je ne te remercie pas, La Poste!

***

* En 2023, le service postal ne s'arrangera pas avec :

  • la disparition du timbre gris (éco-timbre), 
  • la distribution plus lente du courrier avec timbre vert (distribution à J+3 au lieu de J+2) 
  • la disparition du timbre rouge au profit d'une solution numérique, néanmoins plus onéreuse.

12 septembre 2022

"Merci Facteur" - Appel à Artiste pour la Médiathèque d'Ambérieu-en- Bugey, avec Tony Mazzochin

Je relaie ici bien volontiers l'Appel à Artiste lancé par l'ami Tony Mazzochin, activement associé à cette manifestation organisée par la Médiathèque Municipale d'Ambérieu en Bugey, sous la forme d'une exposition en novembre et décembre 2022, comme vous pouvez le lire dans le document ci-après :

 MAIL-ART CALL APPEL à ARTISTE

Date limite d'envoi de vos oeuvres : 15 novembre 2022. 
N'hésitez pas à participer pour ce thème très porteur! Nous ne remercions jamais assez les facteurs, les messagers de notre art modeste.

"CUBIC" - Projet de mail-art et jeu collectif imaginé par Diane Beauchamps

Diane Beauchamps, l'une des artistes qui soutient activement l'Association Une vie, un arbre,  vient de lancer un nouveau jeu d'art postal "Cubic", dont vous trouverez ci-après la notice explicative rédigée par l'instigatrice de ce nouveau jeu :


Je relaie cette information trouvée sur le blog de l'ami Eric, qui vient de recevoir une première mise à contribution : voici un dé développé dont une case est illustrée et sur lequel il s'agit d'illustrer les autres en le faisant voyager par la poste à la manière d'un add and pass.
Une fois l'illustration de toutes les cases réalisée par le dernier intervenant, celui-ci devra renvoyer ce dé, à découvert, à Diane Beauchamps.

Amis mail-artistes, faites vous plaisir! A vous de jouer

1 septembre 2022

Hommage aux femmes artistes de Zalipie, de Michèle

Au village polonais de  Zalipie, les murs fleurissent hiver comme été, et Michèle a  choisi de reproduire l'une des fresques florales que les femmes de ce village ont l'habitude de peindre sur les murs extérieurs de leur maison, depuis le 19e siècle.

J'aime beaucoup les arts et traditions populaires et Michèle l'a bien compris avec ce magnifique mail-art où elle a simulé une piqure machine, et orné le tout avec un ruban coloré et fleuri et un bout de croquet.  Un grand merci pour cette création qui m'apprend l'existence de ce village peint. Merci aussi pour les deux timbres polonais, pour mieux situer encore le propos. Très chouette.
***
Zalipie village peint  – Le plus beau village de Pologne.

Zalipie est un petit village isolé de Małopolska à environ 35 km au nord de Tarnów où vous trouverez les traditions d'art populaire polonais peut-être plus vivantes que partout ailleurs dans le pays. Depuis la fin du 19ème siècle, les femmes de Zalipie ont peint leurs maisons à l'intérieur et à l'extérieur avec des motifs floraux lumineux faisant de ce village l'un des endroits les plus photogéniques où vous pourriez jamais brandir un appareil photo .



La coutume s'est développée à l'époque d'avant les cheminées lorsque la fumée des foyers des chalets noircissait lentement les murs intérieurs. Pour préparer la maison aux grandes fêtes religieuses (Pâques notamment), les fières épouses du village repeignaient les murs à la chaux blanche. Au moment où le progrès et ses nouvelles "cheminées" en éventail sont arrivés à Zalipie, la tradition était non seulement restée, mais, à l'aide de peintures colorées, elle avait évolué en une forme d'art unique qui a vu les chalets du village ornés à l'intérieur et à l'extérieur dans motifs folkloriques floraux extraordinaires . Dans les années 1930, le village s'est un peu fait un nom et en 1948, la première édition de The Painted Cottage Competition (Malowana Chata) a eu lieu pour déterminer quel local avait le cottage le plus joliment décoré. Gardant à ce jour les traditions folkloriques locales de peinture de maison et d'artisanat en papier, cette célébration de la culture populaire polonaise a toujours lieu chaque année le week-end après Corpus Christi

En dépit d'être bien connue dans toute la Pologne, Zalipie est suffisamment éloignée des sentiers touristiques pour ne pas être une destination très fréquentée.,  votre présence là-bas sera probablement accueillie par des sourires, des gestes de bienvenue et beaucoup de curiosité de la part des villageois eux-mêmes. Les résidents sont généralement ouverts à recevoir des invités et invitent parfois des visiteurs chez eux pour voir leurs œuvres (et peut-être vous en vendre). Si vous êtes si chanceux, vous trouverez non seulement les murs intérieurs, mais les plafonds et les poutres du plafond sont également ornés de couronnes et de guirlandes peintes, des fleurs égayent les poêles, les cheminées, les cadres de porte, les nappes, les casseroles et les poêles, les vases et la plupart des objets de tous les jours. articles ménagers de toute sorte de surface. D'autres objets d'artisanat que vous remarquerez sont des araignées de paille suspendues au plafond et des bouquets de papier colorés, souvent sous ou à côté d'icônes religieuses. 

Felicja Curyłowa
L'artiste le plus célèbre de Zalipie était Felicja Curyłowa (1904-1974) : elle incarnait le plus l'esprit de Zalipie et était souvent visité par les passants et les touristes. À sa mort, la Fondation Cepelia - l'organisation polonaise de préservation et de promotion de l'art populaire - a acheté sa propriété et, en 1978, l'a transférée aux soins du Musée régional de Tarnów. Plusieurs autres bâtiments locaux du 19ème siècle, y compris le charmant cottage ' Chata Biedniacka ' avec son toit de chaume, et la maison Stefania Łączyńska, ont également été déplacés dans la ferme et sont aujourd'hui accessibles au public en tant que musée en plein air d'architecture et d'art populaires. Le plus impressionnant est l'intérieur de la résidence de trois pièces de Curyłowa remplie d'ornements décoratifs de l'artiste, de meubles originaux, d'outils de ferme, de costumes folkloriques et d'artisanat en papier.
 


À l'intérieur du musée de la ferme de Felicja Curylowa à Zalipie.

Que voir à Zalipie Comme Zalipie est un village, il n'y a pas de centre ou de grande rue où graviter (ou de restaurants, ou même de dépanneurs, d'ailleurs - préparez un déjeuner); la plupart des sites sont accessibles à pied, mais vous souhaiterez au moins avoir un vélo (sinon une voiture). Les deux endroits les plus essentiels et les plus accessibles à visiter à Zalipie sont la Maison du Peintre et le musée de la ferme Felicja Curyłowa - une branche officielle du musée régional de Tarnów. Vous pouvez rechercher ensuite St. Joseph's- l'église du village de Zalipie 160 - dont l'intérieur est rempli d'envolées florales. 

Le vrai plaisir d'une visite à Zalipie, cependant, est de parcourir la campagne et de découvrir les décorations gaies entre ces principaux sites. Il y a plus de 20 maisons peintes à Zalipie, avec une douzaine d'autres dispersées dans les villages voisins de Kuzie, Niwka, Kłyż et quelques autres . Sur les routes de campagne de Zalipie, vous verrez toutes sortes de surfaces inanimées peintes avec des bouquets floraux symétriques similaires sur des fonds blancs, l'encadrement des fenêtres étant traditionnellement d'un bleu vif. Les granges, les clôtures, les dépendances, les puits, les poulaillers, les niches et même le camion de pompier du village ont tous reçu ce traitement ; en gros, s'il ne bouge pas, c'est qu'il a été égayé de couleur. Gardez également les yeux ouverts sur plusieurs sanctuaires en bordure de route dans la campagne.

Extrait d'Article publié sur www.inyourpocket.com/tarnow/zalipie-the-most-photogenic-village-in-poland_73954 et les photos associées./

Vidéo publiée sur Youtube par Voyages D&B

30 août 2022

EL139 - Pointillisme pour un éléphant, de Jeanne-Marie

Pétillance et gaité caractérisent cette nouvelle série d'art postal concoctée par Jeanne-marie, et j'ai la chance de faire partie des destinataires. Elle pense toujours à moi, bien que je n'appartienne plus depuis longtemps au forum d'art postal qui a permis notre rencontre.

Je te remercie Jamari, pour ce nouveau pachyderme, qui vient enrichir un peu plus ma collection. Belle fin d'été à toi.

29 août 2022

Visiter la France à pied, pour Philatélie et Collections du Jacquemard de Lambesc

"Visiter la France à pied, à cheval, à...." est le thème retenu pour 2022 par l'association philatélique de Lambesc pour son concours d'art postal et  voici ma toute première participation auprès de cet organisme qui apparemment en organise régulièrement!

Il est encore temps de participer  si vous le souhaitez, à ce concours d'art postal,  la date limite d'envoi des mail-arts est fixée au 15 octobre prochain. Vous trouverez ici tout le détail de l'organisation de ce concours.

J'ai pratiqué pendant plusieurs années la randonnée pédestre, qui m'a apportée beaucoup de joies et j'ai toujours trouvé que c'était un excellent moyen de découvrir  les beautés profondes de notre territoire.

Gastéropode de dérision, pour Jean-Paul

Depuis toujours l'escargot est l'ami d'Ursu le tailleur de pierre, ou plus exactement de l'ami Jean-Paul le grand mailartiste, très discret en ce moment. 

Reproduction du document ci-dessous rebrodé à la main
Encore une fois, j'ai choisi d'illustrer ce thème car je sais qu'il lui fera toujours plaisir. Cette fois-ci, je me suis inspirée de la période de la Révolution où cette représentation escargotique raillait les aristocrates, comme vous en verrez le détail dans l'oeuvre originale ci-dessous.

"Déguisement Aristocrate" 
"
A ton pouvoir la Nation a mis des bornes Beau Masque on te connoit cache tes cornes"
Eau-forte réalisée à Paris en 1790 - de Vlinck / Gallica BNF
***

 
Terre à terre, l’escargot

Il est terre à terre, l’escargot.
Et qu’est-ce qu’il fait de son temps, posé à ras le sol ?
Est-ce qu’il regarde le paysage, les monts et les merveilles d’alentour, la course folle des astres et des gens ? Il admire le panorama ?
La vue, le friselis des herbes dans le vent, le vol des oiseaux, la courses des nuages, ou celle des souriceaux qui trottinent ?
Non.
Aussi, c’est qu’il est terriblement myope.

Alors, écoute-t-il la rumeur du monde ?
Les nouvelles qui bruissent, les cris, les chants ?
Les rires des gens, le grand barri de l’éléphant ?
Il n’y a guère plus de chance, l’escargot est farouchement sourd.
Et puis pour tout dire, course folle, rumeur, vol, bond, cri, rire, panorama, barri, nuage, tout ça ne l’intéresse pas.
Pas plus que la pluie, le vent, les bourrasques et les couchers de soleils, pas plus que toutes les fantaisies bariolées de notre vaste monde foutraque et bruyant.

Alors que fait-il ?
C’est bien simple, il est là.
Et pourquoi non ?

De temps en temps, lentement, si lentement que ça ne se remarque presque pas, il fait quelque pas (toujours du même pied, mais si lentement, si dignement qu’on ne s’en aperçoit seulement pas). Il va, grignote une laitue ou ce qu’il trouve à son goût (goût d’escargot, gros appétit pour la salade ; seulement, il évite soigneusement l’ail, allez savoir pourquoi), fait ci, va là, en bref vaque à ses affaires ; affaire d’escargot, bien sûr.

Quand il a assez vagué, il s’arrête net (mais si lentement que ça ne se remarque pas) et fait retraite dans sa coquille ; là, son unique pied collé au sol, ce drôle de petit caillou cornu vibre au remuement de l’humus ; et plus profond encore.
Seulement attentif au grondement sourd des plaques granitiques et au craquement des basaltes, seulement occupé des laves qui crépitent, il compte et recompte le lent battement du cœur de la terre, roule, déroule et r’enroule à son gré les silences empesés de la roche, les lointains feulements des magmas souterrains et les longs ronrons des mondes enfouis.
Comment ?
Tout simplement comme on colle l’oreille à la bouche d’une conque pour entendre la mer.

D’autres fois, blotti entre les stries nervurées de sa caverne portative, il dort.
Dormant, il rêve, roulé dans les volutes du temps.
A travers les empreintes gravées dans ses spires patientes, il reprend inlassablement le vieux chant de la terre, mémoire et souvenirs du monde d’avant le temps.
Il n’était peut-être même pas là, mais s’en souvient, lui, empli des minuscules et patients échos du lent bruit fossile du commencement de l’univers.

Mais bien évidemment, il fait cela très lentement, alors ça ne se remarque pas.
Tout ce qu’on voit, c’est qu’il est terre à terre, l’escargot.

Source : site les carnets paresseux

Dame blanche en plein vol, pour Isabelle

Voici une nouvelle chouette pour l'amie Isabelle, la dernière que je lui ai envoyée ne lui étant jamais parvenue, pour notre plus grande déconvenue à toutes les deux.

d'après une aquarelle de C.F.Taniette, partiellement rebrodée à la main

J'espère que ce bel oiseau te plaira et surtout qu'il te parviendra en bon état, dans des délais raisonnables, maintenant que les facteurs ont repris le travail!
***
© Grégory SMELLINCKX-LPO Nord

La chouette effraie (Tyto alba), appelée aussi la Dame blanche ou l’ Effraie des clochers pour son goût pour les endroits tranquilles et les vieilles bâtisses, est un rapace nocturne de taille moyenne de la famille des Tytonidés.

Comment reconnaître une chouette effraie ?
La chouette effraie se reconnaît facilement avec sa grosse tête marquée par une sorte de disque facial blanc argenté entouré d’une ligne couleur brun en forme de cœur et d’un bec blanc jaunâtre. Ce « masque » fait ressortir ses yeux très noirs. Le corps de la chouette effraie est élancé et il est prolongé par de longues pattes. Il est de couleur jaune sur sa partie supérieure. Les plumes de la chouette effraie sont marbrées de gris et de brun pâle et de petites plumes en forme de gouttelettes blanches aux bouts noirs. La chouette effraie a un vol caractéristique de nombreux rapaces, lent, souple, silencieux et avec les pattes pendantes.

Cris et chant de la chouette effraie :
La chouette effraie possède des cris variés. Les jeunes rapaces émettent des ronflements aigus et sifflants et au rythme irrégulier chez les adultes, mais aussi des chuintements. Quand elle vole, la chouette effraie pousse des cris aigus et stridents. En cas de stress, elle souffle et claque du bec.

Reproduction de la chouette effraie :
C’est le plus souvent au plus proche de l’habitat humain que la chouette effraie nidifie. Elle installe son nid, rudimentaire (nid déjà existant ou cavité), dans des bâtiments anciens tels que des granges, des greniers, des châteaux ou encore dans les clochers des églises. La parade nuptiale de la chouette effraie débute en février ou mars. Elle se reproduit à partir de l’âge de 1 an. Elle peut pondre 2 fois par an, de mars à juin, 6 œufs en moyenne à chaque ponte, à raison d'un œuf tous les deux ou trois jours. L’incubation assurée uniquement par la femelle dure environ 32 jours. Les jeunes prennent leur envol au bout de 8 à 10 semaines.

La chouette effraie est-elle utile ou nuisible au jardin ? :
Pour les jardins ou les terrains cultivés envahis par les étourneaux et les moineaux notamment, la chouette effraie est très utile puisque ces oiseaux font partie de son alimentation.

Source :  Les dossiers de Binette & Jardin > La faune du jardin > Les oiseaux > La chouette effraie 

26 août 2022

Jolie charmeuse musicienne, pour Eric

Pour ajouter une nouvelle pièce à sa collection de sirènes, voici une naïade du moyen-âge qui a traversé les siècles pour venir jusqu'à Eric. 
Les sirènes n'ont plus d'ailes mais des bras pour tenir des instruments de musique.
Ainsi elles accompagnent leurs chants auxquels ne résiste aucun marin.
Elles lui apprennent à connaître la mer...
Je te souhaite bonne réception Eric, de cette sirène médiévale,  même si cette fois, cela ne sera pas une vraie surprise dans ta boite aux lettres.
***
Cette jolie scène est extraite d'une enluminure d'un document du 15e siècle, ci-dessous représentée dans son contexte original, en bas à gauche.
Neptune, avec son trident, entouré des tritons - Évrard de Conty, Le Livre des échecs amoureux moralisés.
Enluminures de Robinet Testard, vers 1496-1498. - Manuscrit sur parchemin (51 x34 cm) BNF
Neptune est l'une des divinités figurées par Robinet Testard pour accompagner un texte qui est le commentaire d'une allégorie fortement inspirée par le Roman de la Rose. Chaque divinité est décrite et représentée dans l'ordre où l'amène ce récit, ouvre d'Évrard de Conty, le médecin de Charles V. Dans cet ouvrage, l'homme de science explique aussi que les mouvements de la mer sont régis par la Lune.

Le présent manuscrit a été copié et enluminé par Robinet Testard pour Louise de Savoie.

Rouille et ferrures sur portail ancien, pour Jeanne-Marie

Avec ce mail-art très rustique, je suis revenue à un thème de Jeanne-Marie qui m'est cher : celui des ferrures anciennes et des vieux portails.

Clouté à souhait, avec son vieux loquet et son cadenas tout rouillé, cet ouvrage devrait plaire à mon amie savoyarde, qui en détient déjà une belle collection.
En espérant qu'il te parvienne sans encombre, je t'en souhaite une bonne réception chère Jamari.

Yvette Chauviré, prima ballerina assoluta, pour Nadine

Nadine, ma correspondante en Finlande, a pour thème la danse ; je voudrai lui faire plaisir, grâce à cet envoi, car il y a un moment que j'ai eu de ses nouvelles.

Voici donc pour elle l'association d'un tissu de fond, de tulle, de photographie et de broderie à la main, afin de  magnifier le portrait de cette ballerine française la plus célèbre, Yvette Chauviré, dansant ici son rôle fétiche de Giselle.
Photo trouvé sur le site https://kameliendame.tumblr.com
/post/74535328704/yvette-chauviré dans Giselle

Je t'en souhaite une bonne réception, belle fin d'été.
Yvette Chauviré dans Giselle avec Rudolph Noureev d'abord, puis avec Cyril Atanassoff
Vidéo publiée sur la chaine youtube de Jean Hall
***
Biographie d'Yvette Chauviré

Yvette Chauviré est une danseuse de ballet française, étoile de l'Opéra de Paris puis maître de ballet, née le 22 avril 1917 à Paris et morte le 19 octobre 2016 dans la même ville.

Elle est considérée comme la plus grande ballerine française du xxe siècle.

Jeunesse et formation :
Yvette Chauviré est née en 1917 à Paris 14e. À l’âge de 10 ans, elle entre à l'école de danse de l'Opéra de Paris, où elle est l'élève de Boris Kniaseff et Victor Gsovsky jusqu'à son intégration en 1934 dans le corps de ballet de la compagnie de l'Opéra, dirigée alors par Serge Lifar. Son premier rôle date cependant de 1929, lorsqu’elle elle danse un solo dans L'Éventail de Jeanne.

Carrière :
À la suite de ce premier rôle, Yvette Chauviré est promue quadrille puis, sautant l'échelon de coryphée en janvier 1935, passe petit sujet. Elle devient grand sujet en 1937, première danseuse en 1938, puis danseuse étoile en décembre 1941, après la première représentation du ballet Ishtar, ballet que Serge Lifar chorégraphie pour elle. Elle est alors âgée de 24 ans.

Yvette Chauviré a dansé tous les grands rôles du répertoire classique, mais son interprétation magistrale du rôle-titre de Giselle, en 1949, est probablement la plus emblématique. Mais, si elle gravit la hiérarchie de la compagnie, elle continue toutefois de travailler avec son ancien professeur Boris Kniassef, créant ses ballets comme La Légende du Bouleau ou Piccolo.

Entre 1946 et 1947, elle « fait des infidélités » à l'Opéra de Paris et danse en tant qu'étoile invitée pour les Ballets de Monte-Carlo. Retournant dans la capitale en 1948, elle quitte de nouveau la maison qui l'a vue évoluer et se produit à la Scala de Milan. Quelques années plus tard, elle est invitée par le Royal Ballet et danse avec Rudolf Noureev, récemment installé en France et plus jeune qu’elle de vingt ans.

Elle accompagne les adieux de Serge Lifar, en 1956. Elle quitte elle-même la scène dix-huit ans plus tard, alors âgée de 57 ans, avec son rôle fétiche de Giselle, et le solo de La Mort du cygne. Elle continue néanmoins à transmettre son savoir aux jeunes étoiles de l'Opéra de Paris, comme Sylvie Guillem ou  encore Marie-Claude Pietragalla. Elle s'essaie également à l'art chorégraphique, en composant une Giselle encore dansée en 2016 par la Scala de Milan.

Elle est considérée comme la plus grande ballerine française du xxe siècle et l'une des rares danseuses étoiles à avoir reçu le titre de prima ballerina assoluta.

Source Wikipédia

BT003 - Des fleurs et des couleurs pour Frida et Joséphine, par Nadine

Et voici le deuxième cadeau du jour consacré à Frida Kahlo, l'artiste mexicaine devenue une figure culte aujourd'hui, continuant d'être un modèle pour les féministes, les artistes, les créateurs de mode, la culture populaire. Et c'est Nadine qui me l'envoie, superbe!

Nadine a poussé l'exercice jusqu'à rajouter des fleurs et des feuilles sur un plastron au devant du vêtement de Frida, qu'elle a ensuite brodé à la main, au fil de soie, au point de tige et au passé empiétant.                       

Puis, pour marier les couleurs vives et chatoyantes de son mail-art si original et d'une taille si exceptionnelle, Nadine est venue jusqu'en France pour le poster afin de pouvoir utiliser et associer le timbre français si coloré rendant hommage à Joséphine Louis qu'elle possédait! 

C'est beau l'amitié!  je crois que ce mail-art est le plus imposant que j'aie jamais reçu et si complètement réfléchi! Un très grand merci à toi Nadine, c'est du grand art postal. Et en plus,  j'aime ces deux femmes peintres, attachantes,  qui ont eu chacune, un parcours de vie si particulier.

EL138 - L'éléphant du dictionnaire, de la part d'Isabelle

Deux gâteries dans ma boite aux lettres du jour : merci Facteur!  Voici la première de la part d'Isabelle, la savoyarde.

Quelle jolie idée que de superposer la page d'un vieux dictionnaire positionnée sur le mot "éléphant" avec une impression de l'animal coloré avec de l'encre, et magnifié par des fleurs roses! 
Bravo pour cette magnifique série Isabelle, et merci aussi pour ce beau timbre du Viet-Nam où un éléphant d'Asie vient renforcer encore la famille des pachydermes sur terre, déjà représentée par les deux spécimens d'Afrique. Je te remercie vivement de ce beau cadeau et grâce à toi, cet animal va venir enrichir ma collection. 

25 août 2022

F66 - Femme au parapluie et fils de couleurs, de Daniella

Un bien joli mail-art me parvient aujourd'hui, sur le thème du fil un peu délaissé depuis quelque temps et c'est l'amie Daniella qui me l'envoie. Cette silhouette de femme parcourue, et dessinée avec une multitude de fils me plait vraiment bien.

Mais le plus important, c'est qu'elle a ouvert un parapluie... un geste que nous avons tendance à oublier tant cette année 2022 restera dans les annales comme un millésime extrêmement sec. En effet, en Bretagne, chez Daniella, voilà qu'il s'est mis à pleuvoir : c'est une excellente nouvelle, pour les hommes, pour les animaux et pour tout le vivant.

Merci Daniella pour ce mail-art fort original, 

22 août 2022

Chouette chevêche pas pimbêche, pour Stéphanie

Ainsi dissimulée entre deux arbres, cette petite chouette chevêche peut surprendre tant son plumage a tendance à se confondre avec l'écorce de l'arbre contre lequel elle est refugiée.
Source de la photo : https://longuetraine.fr/article1447/chouette-histoire-d-amour-en-photographies
Je me suis régalée à broder une bonne partie de la mousse couvrant l'arbre derrière lequel elle s'abrite puis j'ai trouvé dans mes tiroirs un reste de tissu à patchwork, en batik, qui était de bon aloi pour réaliser le fond. Il m'a suffi  de quelques coups de crayons aquarelles pour finaliser l'affaire.

Présente depuis l'Antiquité, la chouette accompagnait Athéna et représentait sa sagesse. En tant qu'animal diurne, on lui prête une capacité à percer les ténèbres et à ne pas se laisser égarer.

J'espère que ce mail-art saura plaire à ma correspondante car là je suis partie en totale improvisation, espérant qu'elle ne craint pas cet oiseau qui se met en chasse au début du jour ou au crépuscule, et qui s'alimente surtout de petits mulots et campagnols. 

Bonne réception, Stéphanie et belle fin d'été.