18 octobre 2018

EL70 - Solitaire ou en procession, de Marielle

Ce jour dans ma boîte aux lettres, de l'art postal avec des éléphants en quantité envoyé par l'amie Marie-Aile : un grand mâle solitaire dans la savane, un troupeau avec matriarches et éléphanteaux déambulant au crépuscule, une jolie breloque éléphant et même un tout petit éléphant blanc, 
découpé à l'emporte-pièce.
merci Marie-Aile, pour tous ces pachydermes en liberté, comme je les préfère !

17 octobre 2018

B44 - La guerre des boutons, de Michèle

"Si j'aurai su, j'aurai pas v'nu", célèbre réplique de Petit-Gibus reprise à son compte par le minou de la carte textile que je viens de recevoir de la part de Michèle la Parisienne!
Bravo pour la richesse de ce mail-art ! tu as mis tout ton coeur à sa réalisation avec un fond textile (juste pour me faire plaisir),  des boutons symbolisant bien le temps des culottes courtes comme ces cartable et tableau de classe,  une broderie faite à la main pour écrire le mot "mail- art" 
et pour finir  deux timbres tout à fait adaptés à la situation.
Attention Minou, il peut être osé de s'aventurer sur le terrain où les enfants s'affrontent à la sortie de l'école, des gamins comme ceux figurant sur le timbre consacré à Robert Doisneau dont je ne connaissais pas encore l'existence. Très célèbre, cette photo m'est tout à fait familière car nous en avons fait chacun une ou plusieurs déclinaisons personnelles dans le cadre d'un appel collectif .
(à retrouver dans la colonne de droite, en cliquant sur le libellé "Appel collectif "l'information scolaire").

Merci Michèle pour ce mail-art surprise, qui me fait très plaisir mais auquel je ne pourrai pas répondre avant quelques mois.

9e Journée Mondiale du Faux Timbre d'Artiste - Jeudi 15 novembre 2018

Je n'ai plus à vous présenter Tony Mazzochin, le génial artiste à l'origine de cette originale et créative manifestation annuelle qu'est la Journée Mondiale du Faux Timbre d'Artiste : ceux qui me suivent sur ce blog n'ont rien oublié de l'épique édition précédente.

Voici donc l'appel de Tony pour la 9e édition de la JMFTA fixée au jeudi 15 novembre prochain.
Tous les détails sont fournis en plusieurs langues sur son site.

En plus de Victoria Saiz de l'Association Esperluette Ecrit & Art, qui accueillera officiellement toutes les merveilles de créativité émises à l'occasion de cette 9e JMFTA , n'hésitez pas à faire plaisir autour de vous en envoyant vos créations à vos connaissances, mail- artistes ou pas.


16 octobre 2018

"Tricotons le monde dont nous rêvons", le beau slogan de Tony

Je vous ai déjà parlé ici du Tricot sans Fin, démarré par Tony Mazzochin en 2015.
Toutes les personnes qui en ont envie viennent ajouter quelques rangs de mailles aux précédentes : aux dernières nouvelles, ce long ruban de laine mesure plus de 15 mètres. 

Promenant sa valise avec ses grosses pelotes jaunes dans différentes manifestations artistiques et populaires, Tony anime cet atelier sympa où il donne à chacun l'occasion de passer un moment de détente, de partage et de convivialité et c'est avec joie que garçons et filles, papas et papys, mamans et mamys font cliqueter les aiguilles "pour tricoter le monde dont nous rêvons".

photos extraites du Site de T. Mazzochin - Bazainville les 7 et 8 octobre 2018

Vous trouverez plus de photos et de détails sur son Site notamment avec des photos de la toute récente sortie du Tricot sans Fin, à Bazainville, dans les Yvelines.

Au tout début de son projet, Tony a rédigé un texte faisant l'éloge du tricot, que je ne peux m'empêcher de partager avec vous tant il est magnifiquement écrit :

"MANIFESTE LAINEUX DIT L’ÉLOGE DE LA LENTEUR

Tout le monde un jour ou l'autre a porté un tricot fait par une mère, une sœur, une tante ou une amie. Ce manifeste laineux est un éloge, un hommage à ces personnes qui, sans crier sur les toits leur savoir- faire, emmènent sans rien dire le plaisir retrouvé et à jamais oublié, du geste ancestral qui est le tricot. Ce manifeste est un cri. Un retour aux valeurs d'enfance. Un retour à l'insouciance, un retour au bonheur, un retour à la douceur de vivre, un retour au plaisir simple, le retour à la lenteur. 


Ce manifeste est l'hommage à la lenteur. Le tricot est un acte de transmission de conscience civique, dans un monde où tout va vite, tout se mécanise, tout s'industrialise, tout s'informatise, tout se standardise. Le tricot, est la maille oubliée, de l'homme moderne, pour trouver son bonheur. La maille manquante. Le tricot nous ramène lentement, sans aucune cadence imposée, avec un mouvement lent, répétitif, libérateur et jouissif. Le tricot nous replonge dans l'essentiel, dans la vraie essence de vie. Vivre lentement et à son rythme. Le tricot a son propre rythme. Le rythme du temps. Le tricot est le savoir-être dans son temps. Le tricot devient une aide philosophique, économique et sociale à l'émancipation de l'homme dans son temps et dans son environnement. Le tricot nous donne le plaisir sans être sous l'influence des modes, et sans être sous les contraintes du goût du marché. N'ayez pas peur des mots. Le tricot est plaisir. Le tricot est sensualité. Le tricot est érotisme. Le tricot est le plaisir de la matière sur la peau, le plaisir des sensations qu'il donne. Le tricot c'est le plaisir du toucher. Le tricot est notre deuxième peau.

Il faut aimer sa peau. Le tricot est un art de vivre, un art de partager. Une manière simple à la portée de tout le monde. Un acte qui ne coûte pas cher à première vue, mais qui a un prix inestimable. Le tricot par sa lenteur de création, aidera le monde actuel à éviter cette envie d'aller toujours plus vite, d'aller toujours plus haut, et dans l'éternelle illusion qu'on deviendra un jour, toujours plus forts, toujours plus puissants. Le tricot nous épargnera de cette course effrénée, qui nous emmènera nulle part. Dans le tricot il n'y a pas d'enjeu, pas de gloire, pas de course à l'argent, il n' y a pas de compétition non plus. Il y a juste le plaisir de s'asseoir, le plaisir de faire, le plaisir d'être là, le plaisir de réfléchir à ce beau monde si fier de lui, et si égoïste aussi. Vous les puissants, méfiez vous, du tricot. Le tricot par sa démarche peut devenir une arme. Sans provocation aucune, le tricot deviendra votre ulcère si vous lui faites la guerre. Le tricot descendra sur toutes les places de France et du monde. Le tricot sera votre châtiment suprême.

Le tricot est dans une autre dimension que la vôtre. Le tricot nous fait réfléchir autrement à notre condition humaine en société. Le tricot en quelque sorte est le refus d'accepter n'importe quoi. Nous vivons dans un monde où la technologie et l'économie ont pris le dessus des choses.

Tout doit aller vite...vite et vite... mais on s'évite. On passe à côté l'un de l'autre, sans se voir réellement, car on est pris dans un courant frénétique dicté par la machine économique dont la course est sans fin. On n'a pas le temps d'avoir du temps pour soi. Donc, pas le temps pour les autres non plus. Le tricot, par son action lente et détachée d'idéologie quelconque, devient un acte de désobéissance civile, un acte de terrorisme laineux au service de l'humanité. Le tricot pour être ce qu'il est, devient l'insubordonné absolu, de l'aller vite. En tricotant, on rejoint « le rouet de Ghandi ». Une toute petite chose, peut devenir une grande idée, qui peut mettre en difficulté une grande puissance. Le tricot, est la vitesse maximale que l'homme peut atteindre. Le tricot est la mémoire de l'homme. Le tricot est résistance. Le tricot est un combat contre la bêtise humaine. Le tricot est à l'endroit. Le tricot est à l'envers. Le tricot est en côte. Le tricot a la côte.

Le tricot c'est du plaisir. Vive le tricot!"


Tony Mazzochin-Voiron-2015

15 octobre 2018

Jolie leçon de choses, de Jean-Paul

Avec ce chardonneret hésitant devant ces belles cerises appétissantes, Jean-Paul me gâte car il sait combien j'aime les passereaux, et parmi mes préférés, le chardonneret avec ses si jolies couleurs. 

La couverture de ce livre de "Leçons de choses" est tout à fait vintage car voilà un vocabulaire qui a disparu depuis longtemps de l'Education Nationale... je crois qu'on appelle cela maintenant les sciences de la vie et de la terre. 
Rien que pour ce bel oiseau, j'aurai presque envie de retourner sur les bancs de l'école primaire. 
Merci Jean-Paul !

14 octobre 2018

Eléphant tentaculaire, pour Michèle

Pour remercier Michèle de sa jolie carte sur Chagall et les dentelles 
(que j'ai reçue pile au moment où je devais lever le pied dans ma production mailartistique), 
et pour lui souhaiter la bienvenue sur notre forum "mail-arter à l'infini" qu'elle vient  de rejoindre, voici le mail-art que je lui ai concocté.

J'ai tenté de traiter son thème sur le street-art mais ce n'est pas très évident en textile.
Alors du coup je lui ai fait un clin d'oeil en y mettant mon propre thème sur les éléphants, sur un mode évidemment humoristique, tique  ou tic , comme "miss tic", la reine française de la spécialité.
Bonne réception, Michèle et au plaisir d'autres échanges, l'an prochain.

Baromètre breton, pour Anne-Marie

Bien que devant suspendre pour quelques mois mon activité mailartistique, je tenais absolument à faire une carte d'art postal à Anne-Marie pour lui souhaiter la bienvenue en sa qualité de nouveau membre du forum d'art postal "mailarter à l'infini" que je fréquente assidûment.

Je connais encore peu ses goûts mais j'ai retenu que la Bretagne en fait partie. Je me suis lâchée à enrichir de quelques points de broderie ce baromètre "miraculeux", pour rehausser le bouquet de roses, rendre saillants les boutons du gilet et renforcer la pluie bretonne, dont beaucoup se moquent, mais que tous actuellement nous envions pour nos jardins et plantations !!!! 
Je te souhaite beaucoup de bonheur à mailarter avec nous, Anne-Marie 
et te souhaite bonne réception de mon petit couple breton.

Animaux fantastiques ou disparus, chez Michèle

Lorsqu'ils sont en visite chez leur mamy, les petits-enfants de Michèle aiment à faire des cartes d'art postal ou des ATC en sa compagnie, et d'après ce que j'ai pu voir, ils sont plutôt doués. 

C'est ainsi que j'ai appris leurs goûts du moment, les licornes pour les filles et les dinosaures pour le garçon. J'ai tenté d'être à la hauteur de leurs attentes en leur fabriquant ce qu'ils préfèrent, assez rapidement car je n'ai plus guère de temps pour le mail-art pour le moment.

  j'espère que cela leur plaira un tout petit peu !

13 octobre 2018

Octobre rose, de Roland

Jolie surprise dans ma boite aux lettres aujourd'hui, mais arrivée sous une pochette plastique jaune de la Poste, je m'attends au pire. Heureusement que les dégâts sont limités cette fois-ci, seulement deux boutons se sont perdus, ce que j'ai pu réparer aisément.

C'est une oeuvre originale et délicate pour s'associer à la cause des femmes et participer à sa manière au mois d'octobre rose pour la campagne de lutte contre le cancer du sein. 
L'ami Roland en est l'auteur et c'est très réussi. 
A la vue du recto de l'ouvrage, j'ai cru qu'il s'agissait d'une sorte de noeud papillon

 mais au verso ce corset fort original, avec une belle dédicace calligraphiée à l'intérieur, 
c'est top ou plutôt devrais-je dire "topless" !
Un grand merci à toi Roland!

9 octobre 2018

T73 - Origami en monochrome +1 , de la part d'Annie

 A la MJC de Palaiseau où je pratique le patchwork, l'art textile et l'art postal textile, nous aurons deux thèmes à illustrer en art postal pour cette saison 2018-2019.
  
Le premier thème retenu est celui du monochrome + 1 couleur avec le timbre rendant hommage à la peinture de Geneviève Asse, dont la plus grosse partie de l'oeuvre est dominée par le bleu.

Dans la mesure où nous allons avoir à préparer une exposition de patchworks sur ce thème en début d'année prochaine, ce mail-art-là constitue une bonne introduction au travail sur la couleur 
que nous aurons à réaliser.  
Une des personnes du groupe, Annie, a choisi ici d'harmoniser son mail-art avec la couleur du timbre grâce à cette rose en origami textile, utilisant elle aussi toutes les valeurs de bleu pour le monochrome, le "plus-un" étant le jaune représentant le coeur de la fleur.

Merci Annie pour cette réalisation !

Clin d'oeil de chat, de Jean-Paul

Après avoir vu tous ces oiseaux envahir son espace virtuellement, il ne faut pas être surpris de voir pointer le museau de ma chatte fidèle, celle qui déprime lorsque je la quitte pour quelques jours !

Même si ce n'est pas Myrtille, ni la véritable couleur de ses yeux sur la photo, il y a la même intensité d'amour dans ce regard-là que dans celui de ma panthère noire.
Merci Ursu, d'avoir pensé à elle : tu lui as mis quelques petites piafs au dos de la carte, 
pour la distraire un peu ! Sympa !

T72 - Bruissement d'ailes au jardin, de Jean-Paul

Jean-Paul a mobilisé toute la gent ailée du jardin pour me l'envoyer et je suis extrêmement touchée de tous ces magnifiques oiseaux qui viennent me visiter, tous regroupés dans une enveloppe "maison". 

Là-encore cet art postal est timbré judicieusement avec le rouge-gorge et la mésange bleue de cette superbe série de timbres sur les oiseaux de nos jardins. 
A la droite de l'enveloppe, il doit s'agir d'un pic épeiche, variété de pic la plus courante en France, 
et à l'intérieur de l'enveloppe, voici les magnifiques tags qu'elle contenait : 
 chardonneret élégant, pinson pivoine, roselin pourpré et mésange bleue

Quel magnifique envoi : je suis absolument scotchée par la beauté des fonds réalisés pour tes tags,
  ils sont  absolument splendides! Un très très grand merci à toi !

T71 - Un chapeau pour bibi, de Jean-Paul

Aujourd'hui j'ai bien ri en trouvant ce mail-art là de l'ami Ursu dans ma boite aux lettres : j'ai aussitôt pensé à la chanson de Maurice Chevalier  "Le chapeau de zozo". 

En fait, et pour être tout à fait honnête, il y a quelques différences, car ici ce ne sont pas trois plumes de paon qui ont été plantées mais carrément des passereaux, car Jean-Paul sait combien je les aime... et en plus, coup double, c'est tout à fait raccord avec le timbre du rouge-gorge,  de la série oiseaux de nos jardins éditée par la Poste,  que j'affectionne tout particulièrement.  
Un grand merci Ursu, à toi qui pense avoir trouvé le chapeau qui me conviendrait, même si je n'ai vraiment pas une tête à chapeau, à mon grand regret. Ceci dit, il est suffisamment aéré pour être agréable à porter, aux beaux jours ! Avec un tel couvre-chef, il n'y aurait plus besoin d'épouvantail dans le jardin pour éloigner les oiseaux indésirables au moment où les arbres sont chargés de fruits!

***
Pour ceux qui voudraient se la remémorer, voici la chanson originale
de Maurice Chevalier qui date de 1936!

5 octobre 2018

T70 - Art de la table sur nappe aux dentelles, de Sabine

Dans ma boite à lettres aujourd'hui voici le premier mail-art d'une nouvelle correspondante, Sabine qui se fait toute modeste, mais pourquoi donc? 

 j'apprécie tout particulièrement qu'elle ait su marier du bleu et deux de mes thèmes favoris,
 les dentelles et la création autour d'un timbre, 
ici de la série dédiée aux arts de la table éditée récemment par la Poste.
Merci beaucoup Sabine, pour cet envoi : hélas le scan ne rend pas très bien la situation !

PS: Saby, si tu me lis ici, saches que je préfère le tutoiement largement pratiqué entre mail-artistes.

Attention, cueillette fatale, de Nanou

Dans le cadre du jeu de la carte postale et du texte inventé lancé sur notre forum, il fallait  réaliser une carte postale sur le thème "Cueilleurs de champignons, à vos paniers!" en intégrant des mots imposés sans rapport avec le thème, choisis par les participants. 

Voici ce que vient de m'envoyer Nanou : j'espère qu'il s'agit seulement d'une mise en garde sur le fait qu'il vaut mieux que je ne ramasse pas de tels champignons dans mon panier !!!
Merci Nanou, pour cette carte postale, bien colorée,  
même si ton texte n'a aucun rapport avec le thème des champignons.

Les mots imposés sont : oreiller - caillou - camion - livre - marteau - coquelicots - camélia

Le texte inventé associé est le suivant :

Un gros camion rempli de cailloux se gare devant chez moi pour des travaux de goudronnage, le marteau-piqueur ne s’arrête pas de faire un bruit infernal.
Allongée sur mon canapé du salon, la tête bien calée sur mon oreiller rose préféré, j’essaie de me concentrer pour lire le livre que j’ai pris hier à la bibliothèque… mais je n’y arrive pas … trop de bruit me gêne, …. Alors prenant mon mal en patience je m’évade en regardant le vase posé sur mon petit guéridon rempli de coquelicots et de camélias.

3 octobre 2018

F49 - Ne surtout pas perdre le fil... de Jeanne-Marie

Voici un bien curieux mais très intéressant mail-art de Jeanne-Marie!

Cela ressemble au réseau de nos neurones lorsqu'on est jeune et que toutes les connexions se font bien. Mais il arrive un âge où, sans qu'il soit déjà question d'Alzheimer, le nombre de synapses s'amenuise et des ruptures s'opèrent dans le maillage... d'où la jolie phrase qui s'enroule et sinue aussi comme un fil : " Ne pas perdre le fil de ses idées....qu'est ce que je  disais déjà?"
merci Jamari pour ce mail-art bien original !

1 octobre 2018

Nichées tardives, de Colette

Sous la forme d'une enveloppe, voici aujourd'hui arrivé dans ma boite aux lettres 
un collage très original de Colette.

Avec talent, elle y  mêle extrait de carte routière, déchirure de journal en langue bretonne, peinture par touche et lambeau de papier kraft, afin de mettre en valeur quelques nichées d'oiseau 
en train de nourrir leurs rejetons.
 Comme nous sommes déjà en octobre, je crains que ces petits n'arrivent pas à être suffisamment forts pour affronter la mauvaise saison... mais je suis très touchée que Colette ait bien noté combien j'apprécie tous les passereaux, ces petites boules de plumes.
Merci Colette pour cette belle enveloppe surprise !
Saches qu'il n'y a pas à s'excuser du retard à répondre, c'est toujours un plaisir pour moi de trouver un mail-art dans ma boite aux lettres, quelque soit le temps écoulé depuis mon propre envoi. 

Entre digitales et roses trémières, pour Marie

Apprenant fortuitement la date anniversaire imminente de Marie, je me suis dépêchée de lui faire un petit mail-art pour le plaisir d'offrir.

Comme elle adore la peinture, ce tableau délicat d'une jolie jeune femme se promenant et
 cueillant des fleurs dans son jardin, m'a paru bien adapté. Je l'avais mis de côté depuis très longtemps car il s'en dégage une grande sérénité, je le trouve très reposant. 
Mais, malheureusement, je n'ai pas réussi à retrouver qui en est l'auteur (*).
A mon habitude, je l'ai un peu aménagé : enrichie de quelques broderies pour mettre en relief les roses trémières et les hortensias du premier plan, cette scène m'a semblé beaucoup plus vivante
 et je suis à peu près certaine que Marie y sera sensible.

Bel anniversaire à toi Marie!

***
(*) A réception du mail-art, Marie, avec sa grande culture en matière de peinture a su trouver l'auteur de cette oeuvre :  Il s'agit du peintre américain Abbott Fuller Graves (1859-1936) et le tableau s'intitule assez logiquement : Femme avec panier de fleurs

Vent frais dans les grands pins, pour France

Dans le cadre du jeu de l'enveloppe timbrée n° 6,  il m'échoit de clôturer la 2e ronde en composant un mail-art pour France. Pour ce faire, je viens de recevoir comme timbre imposé à illustrer celui du pin sylvestre de la toute nouvelle série de la Poste sur les arbres, que je trouve magnifique.
 Avec du bois de pin sylvestre on fait beaucoup de choses, mais pas toujours très photogéniques. 
Et puis là, il ne s'agissait pas de pin maritime ou de pin parasol où j'aurai eu davantage d'idées.
C'est alors que me sont revenues en mémoire les paroles de ce canon, chanson  que l'on répète à l'infini apprise dans mes jeunes années lorsque je partais en colonie de vacances. 
 
Les paroles évoquent le vent dans les grands pins : je les ai brodées à la main sur le mail-art
et peut être l'avez vous fredonnée, vous aussi : 

Vent frais, vent du matin
Vent qui souffle au sommet des grands pins
Joies du vent qui passe
Allons dans le grand vent
(reprise) Frais, vent du matin .......

J'espère que cette composition saura plaire à France.

Un bien joli métier, pour Yvette

Le thème d'Yvette sur les poupées étant assez peu traité,  j'ai choisi d'en parler, 
à l'occasion de son anniversaire.

Cette femme qui habille et répare les poupées n'exerçait-elle pas un fabuleux métier, plaisant et agréable pour elle, mais essentiel et tellement précieux aussi pour les "petites mamans" dont la progéniture avait subi des dommages? Mais là, je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître ni même imaginer. C'était le temps où tout n'était pas jeté au premier défaut d'usage et où il fallait longtemps espérer, et faire plusieurs lettres au Père Noël pour avoir la chance d'être exaucées, pour les plus chanceuses.
Je te souhaite un très bel anniversaire Yvette. 

29 septembre 2018

Autoportrait aux lys, pour Nadine

Pour fêter son anniversaire et aussi pour rester dans son thème des femmes peintres de fin du 19ème-début du 20ème siècle, voici le mail-art que j'ai bricolé pour Nadine.

Il s'agit de l'autoportrait aux lys, de Natalia Gontcharova, née russe, mais naturalisée française en 1939 , d'abord sculpteur puis peintre. Elle s'est illustrée dans de nombreux courants de peinture 
(voir ci-dessous) et aussi dans la conception de costumes de théâtre.
J'aime beaucoup le regard de cette femme avec son magnifique bouquet de lys que j'ai rehaussé de quelques points de broderie. Je te souhaite un très bel anniversaire Nadine!

***
Natalia GONCHAROVA :Une oeuvre entre tradition et modernité 



Natalia Sergueïevna Gontcharova née le 4 juin 1881 à Ladyjino (gouvernement de Toula) dans une famille de la petite noblesse russe, et morte le 17 octobre 1962 à Paris, est une peintre, dessinatrice et décoratrice de théâtre d'origine russe naturalisée française en 1939 sous le nom de Nathalie Gontcharoff. 

Elle est aussi l'arrière-petite-nièce de Natalia Nikolaïevna Gontcharova, l’épouse du poète russe Alexandre Pouchkine. 

Admise en 1898 à l'Ecole de peinture, de sculpture et d'architecture de Mosco, en 1901 elle étudie la sculpture avec Paul Troubetzkoy, disciple de Rodin. C'est là qu'elle rencontre le peintre Mikhaïl Larionov qui sera le compagnon de toute sa vie, puis elle devient l’élève de l’impressionniste Konstantin Korovine. Elle abandonne la sculpture en 1904 pour se consacrer uniquement à la peinture.

Après un passage de l’impressionnisme au cubisme, son néo-primitivisme est, à partir de 1907, influencé par l'icône, l'imagerie populaire russe (loubok), les chromos, l'enseigne artisanale. Les thèmes chrétiens et, plus généralement, religieux ou d'inspiration paysanne dominent alors son œuvre. Elle participe en 1906 à l'exposition d'art russe organisée au Salon d’automne, à Paris, par Serge de Diaghilev. En décembre 1909, lors de la troisième exposition de la Toison d’Or, Larionov et Gontcharova lancent le Néo-primitivisme. En décembre 1910, elle participe avec Larionov à la première exposition moscovite du Valet de Carreau. 

Dès 1911, elle participe au mouvement futuriste (livre-objet) 1912-1915, puis à la création du rayonnisme en 1912-1913, mouvement non-figuratif. En 1912, elle expose à Munich et en 1913 à Berlin. Cette même année 1913, une grande rétrospective lui est consacrée à Moscou, dont le catalogue s'élève à près de 700 numéros, puis, en 1914, une exposition personnelle, au bureau artistique de Mme Dobytchina à Saint-Pétersbourg ; elle y montre ses derniers travaux rayonnistes. Elle est présentée en 1914 au Salon des indépendants à Paris, aux côtés de Michel Larionov, Alexandra Exter et Georges Yacoulov, grâce à l'appui des époux Sonia et Robert Delaunay, sollicités par Exter. 

C'est aussi en 1914 qu'elle produit la série des lithographies intitulée Images mystiques de la guerre. En 1914, elle réalise les décors du Coq d’or de Rimski-Korsakov pour les Ballets russes et expose avec Larionov à la galerie Paul Guillaume.Elle devient alors membre de l'association Mir Iskousstva. 

En juin 1915, elle quitte définitivement la Russie et réside pendant deux ans en Suisse. En 1917, elle accompagne la troupe de Diaghilev en tournée en Espagne et en Italie, et s'installe avec Larionov à Paris en 1918. Elle obtient la nationalité française en 1939. 

Dans les années 1920, elle est un des principaux peintres des Ballets russes de Diaghilev et conçoit notamment les décors pour Les Noces de Stravinski. Elle travaille aussi pour Ida Rubinstein, les Ballets russes de Monte-Carlo. De nombreuses expositions lui sont consacrées : galerie Barbazanges en 1919, galerie Sauvage en 1928. Peintre de l'Ecole de Paris, elle est aussi membre du Salon d’automne depuis 1921, et elle participe régulièrement au Salon des Tuileries et au Salon des indépendants. La guerre et l'après-guerre sont une période de grande pauvreté et d'oubli pour Gontcharova et Larionov et il faut attendre 1954 pour qu'à l'occasion des grandes rétrospectives Serge de Diaghilev à Londres, on recommence à parler d'eux. Ils se marient en 1955. 

Une grande rétrospective de l'œuvre de Larianov et de Gontcharova est organisée à Londres par le Conseil d'art de Grande-Bretagne en 1961. Le Musée d’art moderne de la ville de Paris lui consacre également, ainsi qu'à Larianov, une rétrospective, après sa mort. Elle est inhumée au cimetière d'Ivry-sur-Seine. 

Les oiseaux musiciens, d'Isabelle - Carnet 17 - 5/5

C'est déjà fini : voici déjà la dernière page du carnet-navette créé par Isabelle pour moi, 
sur le thème de la poésie et des oiseaux .

J'aime beaucoup cette nouvelle édition, ses couleurs tendres pleines de
 charme et de délicatesse, le graphisme des oiseaux 
 plein de poésie et la jolie chansonnette que maîtresse Isabelle chantait à ses petits élèves : 

Les oiseaux musiciens

Tout au long des fils électriques
Les oiseaux font de la musique
Les petits tout en haut
Tout en bas, les plus gros 

Les pigeons et les tourterelles
les pinsons et les hirondelles 
Les petits tout en haut
Tout en bas, les plus gros 

Les oiseaux font des ritournelles
En chantant, ils battent des ailes
Les petits tout en haut
Tout en bas, les plus gros 

Un grand merci à toi,  Isabelle,  pour ce joli carnet que tu m'as concocté et auquel j'ai 
participé avec beaucoup de bonheur.
On recommencera avec autant de plaisir l'une que l'autre un tel échange l'année prochaine, promis.

28 septembre 2018

Jardiner avec les enfants, de Marielle - Carnet 14 - 5/2

Le carnet-navette dédié au jardinage est de retour. On y voit l'amour de la terre et la joie de jardiner de Marie-Aile, ainsi que son plaisir à y associer les enfants.

Comme toujours son  travail est ponctué de petites breloques terriblement bien choisies : ici les carottes poussent en ligne, dans les sillons tracés au cordeau et l'amie coccinelle est bien présente, pour éliminer naturellement les pucerons qui viennent perturber certaines plantations.

Je ne sais pas encore si Marie-Aile  y pratique la permaculture mais je suis sûre que, dans son jardin, tout pousse naturellement sans engrais chimique!

Merci Marielle, à moi d'élaborer la double page suivante.

Pomme guignolesque, de Martine

Dans le cadre du challenge de Katédine où pour septembre nous était imposé le format carré , la pomme et le fond avec des chiffres et des lettres, voici ce que j'ai reçu de Martine.
C'est une bien jolie composition et j'adore les timbres, magnifiques : merci Martine!

Le top du top c'est que même la Poste a contribué au challenge en rajoutant par deux fois les lettres "FD" (pour fausse direction) au tampon, pour une raison qui restera  mystérieuse.

27 septembre 2018

En forêt, cueillette de champignons, pour Michel

Dans le cadre du jeu de la carte postale et du texte inventé lancé sur notre forum,  je dois réaliser une carte postale sur le thème "Cueilleurs de champignons, à vos paniers!" en intégrant des mots imposés choisis par les participants, sans rapport avec le thème.

Le tirage au sort m'a désigné Michel comme destinataire : j'ai face à moi  un véritable amateur de  champignons,  pratiquant régulièrement de telles cueillettes en forêt d'Orléans... alors j'espère que ma petite composition, intégrant un vrai morceau de cèpe séché et embaumant le champignon, saura lui plaire, et qu'elle effacera un peu sa déception actuelle de n'avoir pas encore fait de cueillette significative, l'été ayant été bien trop sec.
Je t'en souhaite bonne réception, Michel !

Les mots imposés sont : oreiller - caillou - camion - livre - marteau - coquelicots - camélia

Le texte inventé associé est le suivant :

Tirée du sommeil par le bruit de camion-poubelle,  ma tête douloureuse  comme si un marteau y frappait sans arrêt et en pure perte un caillou, je réalise d’un coup qu’il est grand temps de me lever : c’est aujourd’hui  qu’avec  Pierre, nous allons aux champignons. Je range mon livre de chevet tombé  près de l’oreiller, encore ouvert  sur des photos de coquelicots et camélia et retape vite fait ma couche. Douche expédiée,  petit déjeuner englouti,  j’attrape mon panier et mon couteau,  et me voici prête. A nous cèpes et autres bolets ! Si tout va bien, à midi, nous nous régalerons d’une délicieuse omelette parfumée. Tiens, je n’ai plus mal à la tête !

23 septembre 2018

EL69 - Magnifique troupeau en Tanzanie, de Gisèle

Pour mon retour de congés, je suis bien gâtée car voici qu'un troupeau d'éléphants 
de Tanzanie vient à ma rencontre.
Déambulant dans leur milieu naturel, c'est là que je les préfère, ils y sont si nobles. 
Le timbre est tout à fait approprié et les couleurs de la composition comme toujours raffinées. 
Oui, c'est Gisèle qui m'envoie ce magnifique mail-art : qu'elle en soit ici remerciée!

"Pomme de reinette ou pomme d'api", de Jean-Paul

Toujours inspirée par la célèbre photo de Robert Doisneau, l'ami Ursu m'envoie un écolier, déjà si distrait et qui ne pense qu'à croquer la pomme!
Merci pour cette belle interprétation supplémentaire !

Fils à coudre et broder, de Chantal

A mon retour de vacances, je trouve aussi une très belle enveloppe "maison" avec pelotes, bobines, boutons et fils pour honorer mon thème "ne tenir qu'à un fil".
Au premier coup d'oeil, j'en reconnais l'expéditrice, c'est bien sûr Chantal qui m'envoie cette composition, certains articles sont judicieusement remplacés par du quilling 
toujours aussi merveilleusement réalisé. 
Merci Chantal, pour cette enveloppe garnie, merveilleusement.