18 août 2018

EL62 - L'inde et le cinéma de Bollywood, par Michèle

Quelle belle surprise aujourd'hui dans ma boite aux lettres! j'y ai trouvé une magnifique enveloppe composée par Michèle, une toute nouvelle correspondante, décidée à mettre à l'honneur
 l'Inde et les films de Bollywood.
Bien sûr y trône en bonne place un éléphant tout scintillant, qui fait faire des cabrioles à son cornac.... pour les besoins d'un film, peut-être, qui pourrait s'appeler "la fille du rajah".

Remarquable, ce beau timbres sur Samarcande, ville d'Ouzbékistan que l'Unesco a  inscrite au patrimoine mondial comme ville carrefour des cultures . Elle était autrefois un point de passage obligé entre l'Orient et l'Occident sur la route de la Soie, merci pour cette référence textile.

17 août 2018

Violette impériale, de MailAnnie

Une nouvelle correspondante m'a envoyé une jolie carte toute textile, avec un écusson comportant un beau pied de violettes, cette fleur printanière si délicate et si timide, que j'aime beaucoup. 
Avec son mélange de tissu, et un ruban qui serpente, rehaussé de doré,  
j'apprécie sa composition et je la  remercie pour cet ouvrage.
Le timbre a été apposé au verso avec mes coordonnées, car c'est en fait une carte postale.

merci beaucoup MailAnnie!

EL61 - Les quatre "sans-cul", de Jeanne-Marie

Je me doutais bien qu'ils arriveraient dans ma boîte aux lettres, un jour, ces quatre "sans-cul", ainsi surnommés à cause des quatre moitiés antérieures d'éléphant disposées en croix
à la base du monument le plus célèbre de Chambéry .

Cette fontaine fut élevée en 1838 à la gloire du Général Comte de Boigne, militaire et administrateur qui fit fortune aux indes, et la distribua ensuite pour des oeuvres de bienfaisance et pour  la rénovation de sa ville natale.

Et évidemment,  en bonne voisine, c'est l'amie savoyarde Jeanne-Marie, l'auteure de ce beau mail-art.
Monument emblématique de la ville de Chambéry,  je connais cette fontaine depuis très longtemps : cela me fait très plaisir de la retrouver ainsi sur une vieille carte postale.

Un extrait d'un vieux livre sur la  lettre E  (pour éléphant) et un joli camaïeu de peinture à dominante bleue forment la base de l'ouvrage. Des ornements en dentelle bleue toujours originale 
complètent le tableau : je ne sais pas dans quelle malle aux trésors Jamari les déniche, ces dentelles, mais la source paraît intarissable,  pour mon plus grand plaisir.
Joli timbre mésange bleue, pour finaliser en harmonie : c'est très beau, merci beaucoup!

La fontaine des 4 sans cul, décorés pour Noël

Nouvelle génération, pour Nadine - Carnet 12-5/4

Le carnet à quatre mains sur le thème des éléphants d'Afrique qu'a conçu Nadine pour moi continue de naviguer entre nous et c'est déjà ma dernière participation.

C'est la nouvelle génération que j'ai voulu mettre à l'honneur en espérant que tous ces jeunes pachydermes parviendront à atteindre l'age adulte, en toute intégrité.
J'ai utilisé un reste de tissu teinté avec une décoction de feuilles d'eucalyptus pour faire un fond de couleur irrégulière, tendance "savane".
 Sur ces photos, le positionnement des éléphanteaux plutôt cocasse me plaît beaucoup ainsi que la disproportion de leur taille avec celle de leur maman, jamais très loin, et toujours vigilante. Enormément de tendresse s'en dégage également.

Je sais déjà que tu les aimeras, Nadine et je t'en souhaite bonne réception.

Les chiffons sculptés de Trudy Kiener, pour Michèle - Carnet 9 - 8/6

Dans ce nouveau voyage de notre carnet à quatre mains sur les artistes textiles, je souhaite faire découvrir à Michèle une artiste très particulière, autodidacte, au talent exceptionnel : Trudy Kiener. 
Avec une armature de fil de fer, elle s'applique  à faire "vivre" des personnages, en utilisant un maximum de chiffons issus d'anciens vêtements, chaussettes et collants, qu'elle recycle.
« Les visages, les têtes, sont modelées par des apports successifs de « coussinets » de tissus, de volume variable, cousus sur une « boule » de chiffons initiale. Les reliefs ainsi obtenus sculptent le visage, lui apportent une plasticité spécifique et lui donnent une expression particulière.
Comme elle le dit elle-même, Trudy a "des enfants" dans sa tête et c'est une partie de son univers que je voudrai faire découvrir ici , avec des scènes du quotidien d'enfants et d'adultes du monde , où expressions et attitudes revêtent une très grande humanité et beaucoup de poésie.


 ***
Trudy Kiener 

Née pendant la guerre, cette alsacienne a effectué de nombreux voyages tout au long de sa vie professionnelle et personnelle, et elle a d'abord confectionné ses petits personnages de manière sporadique, les offrant à l'occasion d'anniversaires, par exemple. 
Depuis qu'elle est complètement à la retraite, elle s'occupe de cette activité à plein temps, expose, anime des stages où elle partage son savoir-faire, extraordinaire.
Trudy Kiener expose une partie de son petit monde
Trudy a une façon de procéder , très personnelle,  qu'elle explique ici dans une vidéo
Vous pouvez aussi retrouver l'artiste sur son Site

Poupées de cire, poupées de son, poupées de salon, pour Isabelle - Carnet 11-5/5

Sniff, c'est déjà la dernière double page du carnet à quatre mains  conçu pour et avec le concours d'Isabelle sur le thème  "poupées du monde, monde des poupées". Ce sujet est si vaste et nous a tant plu à toutes les deux, qu'il a été difficile de faire des choix dans ce thème 
et surtout de se dire que c'en est terminé, déjà.
 Cette fois, j'ai choisi de parler de tous les matériaux qui ont été principalement utilisés pour la confection des poupées anciennes, depuis le papier, le papier mâché, la cire, le tissu, le bois, le celluloïd et la porcelaine.... mais cette liste n'est pas forcément exhaustive.
J'espère que cette dernière page te ravira autant que les précédentes Isa
et je t'en souhaite bonne réception !

13 août 2018

EL60 - Embouteillage sur un pont indien, de Dani

Petite enveloppe bleue, jolie calligraphie à la plume pour y renseigner mon adresse 
et du raffinement dans la composition : c'est signé Dani à coup sûr.

Quel joli mail art : c'est  un embouteillage sur un pont en Inde, où un éléphant se retrouve à faire la queue, sous la pluie,  comme tout le monde dans le trafic très dense le tout dans une atmosphère un peu "Bollywood". En haut à droite, une vignette où figure un cornac menant un éléphant décoré, 
pour une fête j'imagine.
un grand merci Dani, j'aime toujours beaucoup ce que tu m'envoies.

11 août 2018

EL59 - Quel sursis pour les éléphants d'Afrique? de la part de Nadine - Carnet 12 -5/3

Comme Marie, comme moi-même et je l'espère, comme bien d'autres personnes encore,  
Nadine est révoltée par le massacre des éléphants d'Afrique dont la population décroit à très grande vitesse, décimée par les trafiquants pour le commerce illégal de l'ivoire.
Pour rendre hommage à ce magnifique animal tant qu'il en existe encore quelques beaux spécimen sur leur territoire d'origine, Nadine a peint deux mâles se faisant face sur un fond de savane, le tout rehaussé par des motifs tribaux du plus bel effet.

Merci Nadine, je suis très gâtée encore par ce beau carnet.
A moi de jouer pour la double page suivante...

Du rouge tout en nuances, de Frédérique - Carnet 3 - 5/4

Comme je suis heureuse de voir revenir le carnet-navette que j'avais initié pour Fred sur le thème de la couleur rouge, alors qu'elle a du prendre un peu de recul avec l'activité mail-artistique cette année. 
Voyez de quelle belle manière, Fred a décliné la couleur rouge toute en point compté, avec une composition aérée et de beaux timbres judicieusement choisis : c'est absolument superbe! 
Merci Fred, d'avoir pris le temps de compléter ce carnet, toujours avec ta petite libellule
comme signe distinctif.

Il me reste à être extrêmement créative avant le dernier voyage de ce carnet ; la balle est dans mon camp pour imaginer son ultime double page !


10 août 2018

B41 - Comme un bassin au nymphéa, de France

Joli fond avec quelques mots en transparence, quelques traits  graphiques et une spirale pour simuler les reflets et les mouvements sur la surface de l'eau et au milieu des feuilles l'éclosion d'un nymphéa : voici ce que me suggère cette composition tout à fait contemporaine 
mettant en scène un bouton fleur .
merci France !

Tohu-bohu à la nurserie, pour Jeanne-Marie

Quand Nounou Renarde est distraite et omet de surveiller le dortoir des renardeaux, 
c'est vite la fiesta, voire le grand chambardement!
Pourtant certains, imperturbables, sont bien partis pour une sieste réparatrice !
Cette gravure m'a bien plu pour une manière humoristique de  traiter le thème
 des renardeaux cher à Jamari!

"On allait au bord de la mer..., pour France

Avec mon père , ma soeur, ma mère..."comme dans la chanson de Michel Jonasz !

Pour le challenge d'août lancé par notre amie Katédine, il fallait représenter la mer avec du sable : 
alors j'ai inventé cette scène un peu désuète avec ses petits baigneurs en barboteuse,
 en trichant un peu (pas de vrai sable à ma disposition) mais l'effet rendu me plait bien !
J'espère que cela te plaira également, Florence !

Un air de guitare manouche, pour Jeanne-Marie

Depuis le seuil de sa maison brinquebalante, comme cette jolie gitane sait nous transporter
lorsque ses doigts agiles, magiques, courent sur les cordes de sa guitare pour nous jouer un air gipsy!
Dès que j'ai découvert cette gravure, j'ai pensé à Jeanne-Marie pour sa belle collection de roulottes,
et maintenant qu'elle a vécu l'expérience de passer une nuit dans l'une d'elles, 
cela doit lui parler bien plus encore.

J'espère que cet air de guitare manouche te plaira, Jamari.

9 août 2018

Rafraîchissement bienvenu, de la part d'Isabelle

Tout comme la région parisienne, l'Alsace n'est pas épargnée non plus par la canicule...donc la présence de ce sauveteur géant est la bienvenue...

Certes équipé de moyens dérisoires pour nous apporter de quoi nous rafraîchir, 
sa bonne volonté  est incontestable, dans la mesure où la bobine où s'enroulent normalement les tuyaux de sauvetage est hors d'usage. 
Comme nous aimerions nous aussi être en maillot de bain sur la plage et faire l'objet d'autant  d'attention et d'égards de la part d'un bon géant jaune : merci Isabelle !


8 août 2018

EL58 - Un défilé pour éléphants, de Michèle

Du lourd dans ma boite aux lettres aujourd'hui : Elmer et ses amis sont venus pour un défilé de mode à Massy, envoyés par mon amie Bobine ! 
Rassures-toi Bobine, je ne trouve pas le dessin de ces éléphants trop infantile, bien au contraire
j'adore les illustrations destinées au livre de jeunesse. Ce que je n'apprécie guère, c'est la représentation de ces animaux dans certaines publicités où on ne les respecte pas, ou pire encore de les voir captifs et asservis.

Merci pour cette jolie maxime, également.

7 août 2018

T68 - Plage de sable et bord de mer, de la part de Corinne

Tout juste rentrée de vacances, Lysemartin est nostalgique de la mer et de la plage de sable blond, comme l'indique si bien le timbre qu'elle a choisi pour ce mail-art.

Cette carte aquarelle m'offre du rêve, je me laisse distraire par le ballet des mouettes dans le ciel, autour du phare, les oscillations du bateau amarré au quai me bercent...
en fermant les yeux, je peux presque sentir l'air iodé chatouiller mes narines....
Merci Lysemartin, c'est très joli 

6 août 2018

D104 - Chantal Thomass en dentelle noire, de Marielle

Bonne nouvelle : le mail-art fantôme du 30 juillet dernier ne l'est plus !
Je viens de recevoir l'oeuvre originale aujourd'hui, après que la carte soit revenue à 
son point de départ et que sa créatrice me l'ait retournée.
pour notre plus grande satisfaction à toutes les deux.

Il s'agit là d'une robe toute de dentelles créée par Chantal Thomass,  très connue pour ses articles de lingerie très féminins, sensuels, chics, glamours  et impertinents où la couleur noire domine.
Cette créatrice  ne s'est pas cantonnée à la lingerie de luxe  : elle invente aussi des accessoires, des robes et se lance  désormais dans la décoration. 
Heureusement que tu mets toujours tes coordonnées au dos de tes mails-arts.
Merci Marie-Aile, pour celui-ci, très plaisant. 

***
30/07/2018 : Art postal fantôme, de XXX
C'est la première fois que cela m'arrive : l'étiquette avec l'adresse et le timbre m'est bien parvenue mais elle a été séparée du mail art qu'elle accompagnait, l'oeillet en est arraché!
Au-delà de ma légitime frustration, je suis surtout peinée pour cette personne qui a passé du temps pour concevoir sa composition, et sur le fait qu'elle apprenne ainsi combien son travail a été malmené et bafoué. J'ai quelque idée de l'auteure de l'oeuvre disparue : j'ose espérer qu'elle a fait une photo de son mail-art avant expédition pour qu'il en reste au moins une trace à toutes les deux.

3 août 2018

Poupées et fillettes années 60, d'Isabelle - Carnet 11-5/4

Voici revenu le carnet à 4 mains, entre Isabelle et moi, sur le thème des poupées du monde ; 
Cette fois-ci il a fait le voyage sous enveloppe, pour une remontée dans le temps 
car nous voici propulsées dans les années 60.
"Miroir, ô miroir, qui est la plus belle ? "
Ne sont-elles pas mignonnes ces petites demoiselles, toutes sur leur 31, probablement habillées là pour une fête de famille, comme un mariage ou un baptême (avec les gants, svp). 
Et pour certaines, la poupée est de la fête aussi!
Extrait d'un ancien magazine "Modes et Travaux" de 1960

C'était encore l'époque où les vêtements étaient faits à la maison par les mamans qui achetaient des revues avec des patrons pour concevoir une partie de la garde-robe des enfants.
Les deux petits napperons au crochet renforcent encore le coté vintage de cette composition.

Bravo Isa : je sens que tu t'es régalée sur ce carnet,  moi, tout autant! cela se ressent à toutes les pages.
Rendez-vous dans un prochain article, car il me revient de terminer cette histoire sur les poupées du monde.

Ganjifas, pour Jean-Paul

Entre autres thèmes, l'ami Jean-Paul aime les cartes à jouer ; aussi,  je profite de son anniversaire, tout en sortant un peu des sentiers battus,  pour parler de ce jeu de cartes indiennes,
 les "ganjifas", originales car circulaires dans la majorité des cas.

Parmi les différentes figures qui y sont représentées,  j'ai évidemment retenu l'éléphant
comme motif principal sur ce mail-art,  tout en incluant en filigrane sur le fond textile
la couleur et l'illustration du dos d'une carte à jouer latine !
Je te souhaite bonne réception de cette carte, Jean-Paul, ainsi qu'un très bon anniversaire.

***
L'Inde et les ganjifas 

Le mot "ganjifa" vient du persan ganjifeh, qui signifie "carte à jouer". La première mention de ce jeu est une biographie du début du 16e siècle deBâbur, le fondateur de la dynastie Moghole. Le jeu devint populaire à sa cour, sous la forme de paquets de cartes peintes sur ivoire ou écaille de tortue. Plus tard, il se répandit parmi le peuple, sous forme de jeux moins coûteux à base de bois, de feuille de palmier ou de carton.

Les ganjifas sont circulaires et faites à la main par des artisans locaux. Les enseignes comportent douze sujets sur des fonds colorés, avec des cartes basses allant de 1 à 10,  et deux honneurs, un ministre ou conseiller (souvent appelé vizir) et un roi (souvent appelé rajah). Le style et la décoration de chaque jeu dépend de son créateur. Le dessin des cartes est basé sur les dix avatars de Vishnou.


Au Musée de la Carte à Jouer qui se situe à Issy les Moulineaux s'est tenue , début 2017, 

2 août 2018

Libre Françoise Marchadier, par Michèle - Carnet 9-8/5

Youpi ! le carnet sur le thème de l'art textile qui voyage entre Bobine et moi
 vient de m'arriver...en prenant tout son temps (nous le croyions perdu) ; 
cela aurait vraiment été dommage car il y a là, pour moi, une nouvelle artiste textile à découvrir !

Initialement brodeuse de point de croix, Françoise Marchadier s'est assez vite émancipée pour inventer une broderie libre. Plus encore que la broderie, c'est le textile et le fil qui sont ses guides. 
Pour elle broder signifie vagabonder en toute liberté, c'est ainsi qu'elle  nous entraîne dans ses divagations brodées et textiles au gré de sa fantaisie. 

La qualification d'artiste lui convient mieux que celui de brodeuse tant elle se laisse 
totalement guidée par son inspiration, au fil des lectures qui l'ont inspirée, d'auteurs 
comme Pierre Loti ou Victor Hugo, ou de voyages.


 Voici une série de chemises brodées, "mémoire de fil" , où le point de croix est toujours présent.
Certaines de ses oeuvres sont beaucoup plus délirantes comme ci-dessous, où il y a surtout des combinaisons de fils et de morceaux d'étoffes. 
 un mur végétalisé tout textile et le chemin de Compostelle 

Merci Michèle, c'est une découverte pour moi : si je ne suis pas fascinée par tout ce qu'elle fait, j'admire particulièrement cette artiste pour sa très grande liberté de création, qu'elle réalise d'abord pour elle, sans chercher à plaire. Elle a rencontré un public qu'elle ne cherchait pas au départ.